Cet article date de plus de 8 ans

Duel sans pitié entre les chantiers nautiques de Charente Maritime pour obtenir les meilleurs ventes de monocoques

Avec une baisse de 30% de leurs carnets de commandes, les chantiers nautiques de Charente Maritime sont fouettés par la crise. Ils doivent donc trouver des solutions pour séduire une nouvelle clientèle disposant de hauts revenus.
Les constructeurs de bateaux de plaisance se livrent une guerre sans merci
Les constructeurs de bateaux de plaisance se livrent une guerre sans merci © Coyote point yacht club CC-BY-NC
Les chiffres sont brutaux. La baisse des immatriculations de bateaux neufs en France est en constante diminution. Le marché mondial subit également une baisse de l’ordre de 20 %. Le marché intérieur offre tout de même une certaine résistance, ce qui constitue un élément important pour l’industrie nautique hexagonale.

La tendance des mois à venir reste indécise

À l’affût de tout signe de reprise, l’industrie française s’appuie sur sa couverture mondiale (66 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’export), une très bonne image de marque et le lancement de nombreuses nouveautés. Les chantiers français ont également anticipé l’arrivée de nouvelles législations, en particulier dans l’Union européenne, et ils seront donc bien préparés lors de leur mise en application.
Contraints de s’adapter à un marché qui s’apparente à des montagnes russes, ils ont également amélioré leur flexibilité industrielle pour s’adapter rapidement au niveau des commandes. En Charente-Maritime, deux chantiers, Dufour et Amel se livrent une concurrence acharnée pour rester en tête du marché des monocoques. Design, marketing agressif, recherche de nouveaux segments de clientèles à l'étranger, tout est bon pour conserver le leadership d'un marché qui s'étiole.
Au Salon nautique de Paris, voici le reportage réalisé sur ce thème par Olivier Riou et Patrick Mesner.
La bataille des chantiers de construction de bateaux de plaisance

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique nautisme