Des journalistes d'un grand magazine japonais attendus demain au Centre de la mémoire d'Oradour

C'est devant le centre de la Mémoire d'Oradour-sur-Glane qu'arrivera dimanche cette Randonnée de l'Amitié entre Dachau et Oradour / © Frederique Avril/MAXPPP
C'est devant le centre de la Mémoire d'Oradour-sur-Glane qu'arrivera dimanche cette Randonnée de l'Amitié entre Dachau et Oradour / © Frederique Avril/MAXPPP

La réconciliation franco-allemande est-elle devenue une réalité à Oradour-sur-Glane ? C'est la question principale à laquelle le journal s'efforcera de donner une réponse après cette visite

Par Christian Bélingard

Le directeur du Centre de la Mémoire, Richard Jezierski, constate d'ailleurs que c'est la première fois à sa connaissance qu'un media japonais envoie des reporters dans le village martyr. Cette visite s'inscrit dans le contexte de l'année franco-allemande qui célèbre officiellement le traité de l'Elysée. D'autre part, avec ses 4 millions d'exemplaires affichés, "Mainichi" fait vraiment partie des gros tirages de la presse nippone.

La visite aura lieu dans la matinée en présence de Robert Hebras, l'un des rescapés du massacre du 10 juin 1944. Actuellement des stagiaires allemands sont également présents au Centre de la Mémoire pour guider les visiteurs. 


Historique du Centre de la Mémoire d'Oradour

L'établissement a ouvert ses portes le 16 juillet 1999 et il constitue l'accès aux ruines du village martyr

Tout est parti du constat qu'environ 300 000 personnes transitent chaque année par le village situé à une vingtaine de kilomètres à l'Ouest de Limoges. Ces visiteurs veulent comprendre les raisons de ce massacre retentissant où 642 hommes, femmes et enfants,  furent exterminés par une unité de la 2ème division SS "Das Reich" le 10 juin 1944.

Le centre de la mémoire fait partie des équipements culturels dits "d'interprétation" et propose un parcours historique et pédagogique dans l'exposition permanente. L'architecture et la scénographie du Centre ont été confiées à l'époque au scénographe du Mémorial de Caen, Yves Devraine. L'idée était de proposer une "non architecture", le Centre de la Mémoire, adossée à un talus, semble s'effacer au profit du village martyr.

Des expositions temporaires sont à découvrir chaque année sur un thème particulier. En 2012, le sujet retenu ramenait aux valeurs fondamentales qui ont animé les créateurs de l'Union Européenne. Reportage de Pascal Coussy et Anthony Borlot:
DMCloud:20653
Exposition Europe à Oradour

Interviennent dans ce reportage:
Annick Morizio
Présidente du Centre de la Mémoire
Pascal Plas
Historien, conseiller scientifique du Centre de la Mémoire

Sur le même sujet

Les + Lus