Cet article date de plus de 8 ans

Renaud Lavillenie, privé de Légion d'honneur

Le perchiste cognaçais ne remplirait pas toutes les conditions requises pour être promu dans l'ordre national de la légion d'Honneur. Une condamnation après un accident de la route serait en cause.
Renaud Lavillenie, médaille d'or du saut à la perche aux JO de Londres en août dernier
Renaud Lavillenie, médaille d'or du saut à la perche aux JO de Londres en août dernier © JOHANNES EISELE / AFP
Quatre vingt-sept médaillés français aux Jeux de Londres ont été promus à l'ordre national de la légion d'honneur ou du mérite ce mardi; un palmarès auquel ne figure ni le handballeur Nikolas Karabatic, ni plus surprenant encore, le perchiste cognaçais Renaud Lavillenie.

Médaillé d'or au saut à la perche à Londres et premier champion olympique français en athlétisme depuis 1996 et les Jeux d'Atlanta, Lavillenie -aujourd'hui licencié à Clermont-Ferrand- ne remplirait pas toutes les conditions requises. Interrogée par l'AFP sur cet "oubli", l'attachée de presse de la Grande chancellerie de la Légion d'honneur s'est bornée à rappeler les règles d'attribution précisées au point 1.2 du communiqué de presse de la Chancellerie. Dans ce paragraphe, il est souligné que "nul ne peut être décoré s'il a une condamnation à son casier judiciaire où s'il se trouve cité dans une procédure en cours".

Voyez la réaction de Renaud Lavillenie au micro de nos confrères de F3 Auvergne : l'athlète confirme que c'est en raison d'un accident de la route, dans lequel sa responsabilité était engagée et qui lui avait fait perdre son permis, qu'il ne sera pas décoré. 



Lire aussi l'article de nos confrères de F3 Auvergne.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport