Arnaud Boissières a passé le Cap-Horn

© ARNAUD BOISSIERES / AKENA VERANDAS
© ARNAUD BOISSIERES / AKENA VERANDAS

Après 60 jours de course, l'Arcachonnais Arnaud boissieres a passé le Cap Horn,  il a longé le rocher mythique qui relie le Pacifique à l'Atlantique et entame à présent sa remontée.

Par Agnès Haïrabedian

Un passage à 21H55 TU mercredi 9 janvier, soit sept jours de mieux que lors de son précédent Vendée Globe.
Pour "Cali", les heures qui ont suivi cet épisode ont été harassantes et ont défilé lentement, englué dans une zone de vents faibles a peiné à retrouver un semblant de vitesse. 3,2 nœuds de moyenne pour le 60’ noir et vert au classement de midi… Il faudra repasser pour l’excès de vitesse. Mais le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres et c’est, en l’occurrence, à Javier Sanso que ce ralentissement temporaire a profité. L’Espagnol, aux prises avec Cali depuis quelques jours, a avalé les milles depuis hier soir, dépossédant Cali de sa huitième place au pointage de 16 heures.
Champagne pour Arnaud Boissières

« Le passage du cap Horn était assez chaud. De la brume des rafales à 35 nœuds et une fois celui-ci passé, plus rien, la pétole. J’ai essayé de me rapprocher au plus près pour voir le gros caillou mais ce n’était pas évident. J’ai passé mon temps sur le pont sous la pluie à veiller l’éventuelle présence d’icebergs car les cartes en annonçaient un énorme. Le bateau allait vite, il y avait pas mal de vagues mais ça ne trainait pas à bord. C’était émouvant et impressionnant, un très bon souvenir. Cette nuit il a plus des cordes. Il y avait 3 nœuds de vent puis d’un seul coup petite risée puis plus rien. Là ça c’est dégagé. Le vent est plus stable aux alentours de 10 nœuds. Par contre, il y a beaucoup d’humidité. J’ai tout ouvert pour faire courant d’air. Dans quelques heures, le vent va forcir. On va d’abord avoir de l’Ouest puis du Nord avec un petit passage de front au niveau des Malouines. Ca devrait nous aider à remonter. Ce n’est pas fini, il y a une multitude de coups à jouer et de pièges à déjouer. Mirabaud est à 100 milles, Gamesa à un peu plus de 250 milles…là 7ème et 6ème restent accessibles. Il faut être tenace et continuer à y croire. »

Sur le même sujet

Les + Lus