Cet article date de plus de 8 ans

Ligue 1 : Défaite des Bordelais face au PSG

Bordeaux qui n'avait plus perdu à domicile en Championnat depuis le 3 mars 2012, s'est incliné face au PSG (0-1)
Défaite des Girondins face au PSG (20/01/2013)
Défaite des Girondins face au PSG (20/01/2013) © JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Les Girondins, qui pensaient peut-être que ce serait plus simple contre une équipe qui ne s'était imposée ici qu'une seule fois (2005) lors de ses 22 déplacements avant la rencontre, ont fait une mauvaise opération en reculant de la 4e à la 7e place. lors de cette 21e journée de championnat.

Le PSG, tout en maîtrise et en réalisme, a rendu le plus beau des hommages à Nicholas Broad,vendredi, en reprenant la tête de la Ligue 1. 
Les hommes d'Ancelotti qui avait fait venir l'Anglais dans ses bagages il y a un an ont donc fait bloc, solidaires et concernés, malgré l'épreuve qui les a touchés, perturbés, jusqu'à demander vendredi après-midi le report de ce match de gala.
En vain, ou tant mieux car ce déplacement en Gironde, où le club de la capitale n'avait gagné qu'une seule fois ces 25 dernières années, leur a souri, grâce encore une fois à Ibrahimovic, reparti sur des bases folles avec un 19e but à la clé.
Cela leur a suffi pour reprendre le commandement de la L1 devant Lyon et mettre fin au passage à l'invincibilité de Bordeaux à domicile cette saison dans ce choc des meilleures défenses du championnat.


Les Déclarations

Lamine Sané (défenseur central de Bordeaux) : "Le contenu du match a été bon. Sur les deux mi-temps, on peut être satisfait du jeu. On a fait un bon match, mais la victoire s'est jouée sur de petits détails. Et c'est sur ce genre de détails que les grandes équipes se détachent: une bonne passe de Lucas pour Ibrahimovic a fait la différence. Pourtant l'équipe a fait son boulot. On a eu je ne sais pas combien d'occasions... Ce n'est pas un coup d'arrêt. Quand on peut faire des matches comme ça, il faut vite les répéter et dès mercredi (en Coupe de France). Sur ce type de matches, on sait qu'une baisse d'attention se paye cash. Défensivement, ils n'ont pas pris de buts, ils sont costauds".


Francis Gillot (entraîneur de Bordeaux) : "J'ai un sentiment bizarre. On a l'impression que c'était un match à notre portée. On ne méritait pas de perdre ni de gagner. Un match nul aurait été équitable. Si +Ibra+ joue chez nous, on gagne 1-0. On n'a pas fait beaucoup d'erreurs, mais il en suffit d'une.
Il faut être concentré à tout moment. Comme on a vu dans beaucoup de matches, on a vu des centres, mais on manque de présence physique dans la surface. On n'a pas une équipe avec de grands gabarits, qui ne nous permettent pas de centrer en l'air.
(Obraniak) Je l'ai trouvé pas mal dans le jeu. Au niveau comptable c'est un coup d'arrêt, on perd un point aujourd'hui. Ce n'est pas aujourd'hui, contre Paris, qu'on joue notre championnat. On n'a pas été trop inquiété, mais ils ont une présence physique qu'on n'a pas. Ils ont quatre attaquants de grande valeur. Aujourd'hui, on ne les a pas trop vus, mais ils sont capables à tout moment de faire la différence".

Henri Saivet (attaquant de Bordeaux) : "Il nous a manqué plus de justesse et plus de présence devant le but pour marquer. Sur ce match, il n'y avait pas grande différence. Le plus haut niveau se joue sur les détails.
C'est ce qui fait la différence, d'autant qu'ils ont des joueurs de talent. Ils ont une occasion, il l'a marqué ( Ibrahimovic). En jouant comme ça, on va en gagner des matches. Mon rôle était d'apporter un plus, d'être décisif. Il y a des choses que j'aurais pu mieux faire, il faut travailler encore et encore.
Individuellement et défensivement, ils sont forts. C'est un bloc difficile à bouger. A l'avenir, il nous faut trouver la clé pour passer face à ces équipes-là."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
girondins de bordeaux football