Bordeaux-Bègles, Agen, un fauteuil pour deux

Après Mont-de-Marsan, quasiment en Pro D2, une deuxième équipe de l'Aquitaine sera reléguée au printemps. Entre Bordeaux-Bègles et Agen, la lutte sera terrible. 

Depuis plusieurs mois, les deux équipes sont inséparables: même nombre de victoires (3), de défaites (13), de points (19). Alors à neuf journées de l'épilogue, Agenais et Béglais retiennent leur souffle. Car désormais, chaque point sera d'une importance cruciale. Mais ce samedi, la barre sera encore très haute. Car Agen recevra Toulouse, le deuxième du top 14 et Bordeaux-Bègles, le leader Toulonnais devant plus de 25000 spectateurs au stade Chaban-Delmas. En théorie, c'est mission impossible face aux deux grands favoris pour le Bouclier de Brennus, avec Clermont.


L'ogre de Toulon

Même sans ses internationaux concernés par la deuxième journée du Tournoi des Six Nations, le premier du championnat a largement les moyens de s'imposer à Bordeaux. La formation de l'un des plus grands demi-d'ouverture de la planète Jonny Wilkinson survole son sujet cette saison. Déjà qualifié pour les quarts de finale de la H Cup, Toulon est boulimique. Même si son manager Bernard Laporte aura un pincement au coeur face à son club de toujours, il ne fera pas aucun cadeau. Et Bordeaux-Bègles semble trop limité cette saison pour faire tomber un tel cador, à moins que la magie de Chaban n'opère une nouvelle fois, comme la saison dernière quand le futur champion de France Toulouse s'était incliné. " On doit se bouger " tonne le capitaine Matthew Clarkin." Personne ne lâche et c'est très positif" estime Vincent Etcheto qui pour une fois ne sera pas dans les tribunes. L'entraîneur des lignes arrières de l'Union prendra en effet sa place sur le banc car Raphaël Ibanez ne sera pas là. Le manager commentera au même moment le Tournoi sur France Télévisions. Si son absence était prévue depuis le début de la saison, elle fait jaser au stade André Moga.


Agen a sa chance

A Agen, le staff sera en revanche au complet pour un derby de la Garonne très attendu. Les hommes de Philippe Sella rêvent de frapper un grand coup face à des champions de France en perte de vitesse. Tensions entre dirigeants, élimination en coupe d'Europe, l'hiver est agité dans la ville rose. C'est peut-être le bon moment pour affronter le Stade Toulousain pour des lot-et-garonnais surmotivés. Alain  Tingaud, le président du S.U.A : " Il faudra réaliser une grande performance mais ce match peut nous servir de référence. Nous avons notre destin en main". Dans cette terrible course des chaises musicales, tout se jouera peut-être à Bègles le 2 mars lors de la confrontation directe entre les deux formations.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
top 14 rugby sport