La lettre intégrale du ministre des transports qui lance le projet LGV et qui “rassure” sur le POLT

Frédéric Cuvillier lors du coup d’envoi au Grand Palais de la huitième édition du Salon international de l’industrie ferroviaire (Sifer). / © VOIX DU NORD/Max ROSEREAU
Frédéric Cuvillier lors du coup d’envoi au Grand Palais de la huitième édition du Salon international de l’industrie ferroviaire (Sifer). / © VOIX DU NORD/Max ROSEREAU

Frédéric Cuvillier, en écrivant à la fois au préfet du Limousin et au président de RFF, va non seulement permettre le lancement de l'enquête d'utilité publique (voir notre article de ce mardi) mais il conforte également les défenseurs du POLT

Par Christian Bélingard

Sur la LGV, la lettre du ministre, rédigée lundi 25 mars, va donc autoriser RFF à mettre en oeuvre le dispositif d'enquête publique qui devrait être lancé avant la fin du premier semestre 2013, précise Frédéric Cuvillier. Le conseil d'administration de RFF qui a eu lieu ce jeudi 28 mars est donc décisif en la matière.

Mais un autre point est particulièrement important dans ce courrier dont nous avons eu copie: il s'agit des précisions qu'apporte le ministre au sujet du POLT.  Le 25 janvier 2013, Dominique Bursaux, directeur des infrastructures, des transports et de la mer au ministère de l'écologie et du développement durable avait envoyé une lettre aux collectivités membres du comité des financeurs des études de la LGV Poitiers-Limoges pour leur demander de choisir avant le lancement de l'enquête publique entre la LGV et le POLT. Le haut fonctionnaire suggérait de diminuer le nombre de trains circulant sur l'axe Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT) "de 7 allers-retours par jours (...) à 4 allers-retours par jour" et de mettre fin aux trains semi-directs.Les élus de la Creuse en particulier ont vivement réagi à ces menaces et ont manifesté haut et fort leur opposition.

Frédéric Cuvillier rectifie le tir, en précisant dans son courrier du lundi 25 mars 2013 que "le scénario de base du dossier d'enquête publique sera donc fondé sur le maintien du niveau actuel des dessertes assurées par le POLT, soit 11 services par sens et par jour". Mais le ministre précise aussi qu'il ne voit pas d'obstacle à ce que le dossier comporte, à titre "hypothèses de travail" deux scénarios supplémentaires "portés respectivement à 7 services par sens et par jour et à 4 services par sens et par jour sur le Polt". Les défenseurs de la ligne historique seront-ils satisfaits par ces précisions? Reste à attendre les réactions notamment du côté de la Creuse.



A lire aussi

Sur le même sujet

Fraude à la licence IV : les commerçants de Sarlat s'inquiètent

Les + Lus