Projet de LGV Poitiers-Limoges: les préfets confirment le lancement de l'enquête publique

Publié le Mis à jour le

Dans un communiqué les préfectures de la Haute-Vienne et de la Vienne estiment désormais qu'il n'y a plus d'obstacle au lancement de l'enquête publique alors que les opposants à la LGV continuent à se mobiliser 

Nous annoncions en début de journée les décisions prises par le tribunal administratif de Limoges qui rejette les deux requêtes déposées par l'association Anti-Lgv Limoges-Poitiers et pro-Polt.

Deux réactions nous sont parvenues.

Dans un communiqué de presse, les préfectures de la Haute-Vienne et de la Vienne "prennent acte de ces décisions qui permettent de poursuivre la procédure d’enquête publique qui débutera le 30 mai 2013."

Du côté des opposants, on se tourne désormais vers un nouveau recours. Dans un communiqué, au nom de l'association, Yvan Tricart explique que "le 5 novembre 2012, la CRI (coordination des riverains et impactés), le Collectif Non LGV de la Vienne, des collectivités comme les mairies de Peyrilhac en Haute-Vienne, Souillac dans le Lot, St Sébastien en Creuse, les communes du Lussacois dans la Vienne et des associations environnementales du Limousin et du Poitou Charentes ont déposé conjointement un recours au Tribunal administratif de Paris contre l'avis de la commission de débat public (CNDP) émis le 5 septembre 2012, autorisant RFF à poursuivre - bien que le délai de 5 ans soit dépassé entre débat public (2006) et mise à l'enquête publique". L'association estime que si l'avis du tribunal administratif de Paris était favorable aux opposants "cela rendrait de facto illégale l'enquête publique".

Bref, le débat va se prolonger avec l'annonce de nouveaux rassemblements le 18 mai à Chateauroux et le 15 juin à Saint-Sébastien dans la Creuse.