Centrale du Blayais : bilan sécuritaire satisfaisant

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

Lors de la présentation à Bordeaux du bilan 2012 des inspections de centrales nucléaires dans le grand sud-ouest, l'ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) s'est dite assez "satisfaite" du bilan sécuritaire du site.

Par C.B. avec AFP

La centrale nucléaire du Blayais (Gironde) présente un bilan sécuritaire "assez satisfaisant" pour 2012, supérieur à la moyenne des installations françaises, en dépit de "quelques écarts" constatés, sans conséquences notables, a déclaré mardi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).
L'an passé, la centrale a été inspectée à vingt reprises par les agents de l'ASN, a dit la responsable Aquitaine, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes de l'ASN, Anne-Cécile Rigail, lors de la présentation à Bordeaux du bilan 2012 des inspections dans le grand sud-ouest.

Les élus derrière la centrale

Le 17 mai dernier, les élus du Blayais ont accepté de participer au débat organisé par le ministère de l’Environnement sur la transition énergétique (jusqu'en juillet pour un projet de loi de programmation en octobre) en adoptant une motion en faveur « de la poursuite de l’exploitation de la centrale du Blayais tant que son fonctionnement est autorisé par l’Autorité de sûreté nucléaire ». C'est surtout ici une façon de soutenir la filière nucléaire drainant des centaines d'emplois...

48 incidents significatifs

Au total, le site a enregistré 48 incidents significatifs (35 en 2011), dont six de niveau 1 sur les huit que compte l'échelle INES, le septième et dernier niveau correspondant à une catastrophe de type Tchernobyl ou Fukushima. Tous les autres ont été classés niveau 0, a indiqué Mme Rigail.

Globalement, "l'évaluation est plutôt positive" et l'ASN juge "assez satisfaisant" le bilan sécuritaire de la centrale qui "se détache de la moyenne" des autres sites nucléaires, a-t-elle dit.
A titre d'exemple, Mme Rigail a cité le bon déroulement des opérations de maintenance lors des arrêts de réacteurs, en particulier lors de la visite décennale du réacteur n°1, de mars à juillet.
En 2013, le réacteur n°2 fera lui aussi l'objet d'une visite décennale. Les générateurs de vapeur des réacteurs 2 et 4 seront également changés.

Mais quelques "écarts"

Toutefois, le gendarme du nucléaire épingle le site girondin pour "quelques écarts", sans conséquences, lors d'opérations nécessitant la manipulation d'un gammagraphe (appareil de contrôle utilisant de l'uranium appauvri, ndlr) et dans la conduite d'interventions d'employés dans des zones où les radiations sont élevées. Elle
doit également progresser dans la surveillance des sous-traitants qui interviennent sur le site, a souligné Mme Rigail.

Une des 3 plus anciennes

Entrée en service en 1981, la centrale du Blayais est l'une des trois plus anciennes de France, avec Fessenheim (Haut-Rhin) et Tricastin (Drôme). Située à quelque 50 km au nord de Bordeaux, en bordure de l'estuaire de la Gironde, elle dispose de quatre réacteurs de 900 MW chacun et emploie environ 1.900 personnes.
Ecologistes et associations environnementales réclament régulièrement sa fermeture, notamment depuis l'inondation, fin 1999, d'une partie du site sous l'effet conjugué d'une tempête et d'une forte houle.

L'invitée du journal  : Anne-Cécile Rigail, responsable Aquitaine, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes de l'Autorité de Sureté Nucléaire.

Sur le même sujet

Changement d'heure

Les + Lus