Conseil municipal de Limoges : polémique sur la délégation de gestion de service public de la future patinoire

Une élue de la gauche anti-capitaliste conteste le choix pour six ans d'une entreprise dont les dirigeants sont mis en examen pour "recel de favoritisme".

L'entreprise "Vert Marine" avait déjà décroché la gestion du futur Centre Aqua-Récréatif. Hier soir, le Conseil Municipal de Limoges lui a également confié celle de la future patinoire pendant 6 ans.
Un choix que contestent les élus de la gauche anti-capitaliste qui auraient souhaité que cette décision soit reportée au vu des démêlés judiciaires des dirigeants de l'entreprise normande.
Ils rappellent également que la majorité des patinoires publiques françaises sont gérées en régies municipales directes et non en délégation de service public.
Pour Alain Rodet, les soucis de dirigeants d'entreprise "qui ont maille à partir avec la justice ou sont mis en examen ne remettent pas en cause l'existence de leur société ni leur fonctionnement".
Ce matin, le Procureur de la République de Rouen nous a confirmé la procédure engagée à l'encontre des dirigeants de la société Vert Marine pour "recel de favoritisme".

VIDEO : 
. reportage : Franck Petit, Nassuf Djailani
. intervenants : Alain Rodet : maire PS de Limoges, Aurélie Laurière : conseillère municipale "Gauche Anticapitaliste"

durée de la vidéo: 01 min 42
Polémique sur la délégation de service public de la future patinoire de Limoges

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter