• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

A Bordeaux, 200 personnes manifestent en soutien à l'opposant au mariage gay emprisonné

© Flickr CC par Mon_Tours
© Flickr CC par Mon_Tours

Un peu plus de 200 personnes, partisans de la Manif pour Tous, se sont rassemblées hier, vendredi soir, à Bordeaux pour demander la libération du jeune opposant à la loi Taubira sur le mariage homosexuel condamné à deux mois de prison ferme. 

Par Hélène Chauwin

Les manifestants, réunis sur le Parvis des droits de l'homme au pied du Palais de justice, ont dénoncé la " répression policière et à présent judiciaire " visant selon eux les opposants au mariage homosexuel, et que le coordinateur Sud-ouest de la Manif pour Tous, Raphaël de Bourayne, a assimilé à " une volonté de museler " le mouvement.
Derrière une banderole " Nicolas en prison, liberté bafouée ",  agitant des drapeaux de la Manif pour tous, les manifestants de tous âges, parmi lesquels des enfants, ont scandé des slogans en défense du condamné, et hostiles au gouvernement : " Prison pour la racaille, pas pour Nicolas ! " " Libérez Nicolas, enfermez Taubira ! " " Socialistes, dictature ! "

Deux avocats sympathisants de la Manif pour tous ont aussi annoncé la prochaine mise en place à Bordeaux, comme dans d'autres villes, d'un collectif d'avocats pour défendre ou conseiller des opposants à la loi Taubira qui pourraient être interpellés ou poursuivis, ainsi que pour fournir " un conseil ou un encadrement juridique " aux prochaines actions ou manifestations du mouvement.
" Pour être respectée, la justice doit être respectable ", a déclaré au rassemblement l'un deux, Me Thierry Bouclier, jugeant " pas normal qu'un jeune homme de 23 ans soit condamné pour des motifs politiques ".

Le rassemblement s'est dispersé dans le calme au bout d'une heure, vers 19H45.

Un opposant de 23 ans à la loi Taubira, poursuivi pour rébellion lors d'un rassemblement non autorisé à Paris dimanche, a été condamné mercredi à deux mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris, et immédiatement écroué.

Sur le même sujet

Emilie Beau

Les + Lus