Gaz de schiste: une technique expérimentale sera proposée par Montebourg après les municipales selon "Le Canard Enchaîné"

Cette technique, déjà évoquée dans un rapport parlementaire fin 2013, consisterait à fracturer la roche contenant les hydrocarbures sans avoir recours à la technique utilisant de l'eau et des produits chimiques, interdite en France pour son risque environnemental 

Manifestation contre l'exploitation de gaz de schiste à Brive, 08-06-2013
Manifestation contre l'exploitation de gaz de schiste à Brive, 08-06-2013 © France 3 Limousin
C'est pour cette raison que le permis de Brive avait été rejeté le 23 juin 2013 par la ministre de l'environnement Delphine Batho. Mais, selon le Canard Enchaîné, un autre procédé serait en préparation, utilisant le  "fluoropropane",  une technologie "propre" proposée par la société américaine ECorpStim. Ce liquide non inflammable dérivé du propane est actuellement utilisé comme propulseur dans des inhalateurs pour traiter l'asthme ainsi que dans des extincteurs. Interrogé aujourd'hui par l'AFP, le ministère du Redressement productif n'a pas souhaité faire de commentaires.

En Limousin, l'association "Le collectif de Brive" reste toujours sur ses gardes et organise une réunion d'information le samedi 1er février à Chasteaux (Corrèze).
Sondage
Moins d'un quart (24%) des Français sont favorables au développement du gaz de schiste comme source d'énergie en France, soit 11 points de moins que l'an passé, selon un sondage publié mercredi. Cette enquête montre aussi que le soutien des Français à toutes les formes d'énergies décline, même si les énergies renouvelables sont encore plébiscitées. A la question : "Selon vous, pour la production de chaleur et d'électricité, faut-il encourager en France le gaz de schiste ?", 24% (6%, "oui tout à fait" et 18%, "oui plutôt") répondent par l'affirmative, contre 35% il y
a un an, selon le baromètre annuel Qualit'EnR-Ifop.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement