Des collections d'originaux du musée Hergé bientôt à Angoulême ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par D.L. avec AFP

Nick Rodwell, gestionnaire de l'héritage du créateur belge de Tintin, a annoncé qu'il allait faire voyager des collections extrêmement riches d'Hergé à l'étranger. Il a évoqué en particulier pour les accueillir la Cité internationale de la BD d'Angoulême.

Le gestionnaire du fabuleux héritage de Tintin, le Britannique Nick Rodwell, a défendu la semaine dernière en Belgique, le bilan des cinq premières années du Musée Hergé, dont il souhaite désormais "ouvrir les murs", en particulier vers la France où "le petit reporter" reste extrêmement
populaire.

En 2009, l'année des 80 ans de Tintin, un certain scepticisme avait accueilli l'ouverture en Belgique du plus grand musée consacré à un seul auteur du 9e art, fût-il le maître incontesté de la BD franco-belge.

Cinq ans plus tard, le vaste vaisseau conçu par l'architecte français Christian de Portzamparc reçoit 80.000 visiteurs par an, "des écoliers, des étrangers venus du monde entier, des tintinophiles et tintinologues", selon Nick Rodwell.

Il reconnaît que l'objectif de 200.000 visiteurs par an fixé par le premier directeur était trop ambitieux. "Cela aurait été possible si nous avions été à Bruxelles. Mais nous sommes à Louvain-la-Neuve à plus de 20 km de la capitale", souligne-t-il dans un entretien à l'AFP.
De ce fait, le musée Hergé est souvent écarté des circuits touristiques en raison des difficultés d'accès par la route ou le rail.
"Nous assumons nos choix et, de toutes façons, il est impossible de déménager", affirme Nick Rodwell, qui s'exprime aussi au nom de son épouse Fanny, la deuxième femme de Hergé, qu'il a épousée en 1993 dix ans après le décès du "père de Tintin".

"Nous avons d'excellents contacts avec la Cité internationale de la BD d'Angoulême" 

Dans les prochaines années, sa priorité sera de "sortir le musée de ses murs" en faisant voyager ses collections extrêmement riches à l'étranger, en particulier en France, "notre principal marché".
"Nous avons d'excellents contacts avec la Cité internationale de la BD d'Angoulême et le château de Cheverny", haut lieu des tintinophiles pour avoir inspiré Hergé pour la création du château de Moulinsart, explique-t-il. "Deux musées parisiens veulent également organiser des expositions Tintin l'an prochain", souligne Nick Rodwell.

Joint au téléphone par la rédaction de France 3 Poitou-Charentes, Jean-Pierre Mercier, conseiller scientifique au Musée de la BD d'Angoulême, confirme que les relations avec les héritiers Hergé sont très courtoises : "On va accueillir tout cela avec enthousiasme, se réjouit-il. On va faire en sorte de saisir cette occasion. Il faut se réunir pour en parler. Les collections du musée Hergé sont en effet exceptionnelles. Outre les planches originales, le créateur de Tintin conservait tout : esquisses, scénarios, correspondances".   
Le musée Hergé possède en effet  85% des oeuvres de ce maître du 9ème art.

Et si le projet aboutit, la Cité de la BD d'Angoulême va devoir réfléchir à la sécurité de ses bâtiments.  
En effet, une planche de Tintin dessinée par Hergé en 1937 a été vendue ce samedi aux enchères à Paris 2,65 millions d'euros (avec frais), un nouveau record mondial pour une oeuvre de bande-dessinée dans le monde, a indiqué la maison de ventes Artcurial.
##fr3r_https_disabled##