Meymac près Bordeaux: une "riche" idée qui a fait son chemin depuis le XIXème siècle !

Publié le Mis à jour le

Si vous passez par le plateau de Millevaches cet été, vous découvrirez sur la commune de Meymac ce vignoble insolite planté en 2013 qui est là pour rappeler comment ce petit village est devenu la "capitale" des grands vins de Bordeaux au XIXème siècle

Alors que le Limousin s'apprête  à être rattaché à l'Aquitaine, il y a bien longtemps que des "dynasties" limousines originaires de Meymac en Corrèze sont allées règner à Saint-Emilion, Pomerol, ou encore dans le Médoc. Cette histoire oubliée a été rescuscitée depuis quelques années par Marcel Parinaud, un pharmacien de la ville en retraite.



Tout commence en 1865-1866 lorsque qu'un marchand de parapluies à Bordeaux, Jean Gaye-Bordas,  originaire de Meymac a l'idée de vendre des vins à domicile en Belgique et dans le nord de la France. Son succès est tel que de nombreux négociants-voyageurs de Haute-Corrèze vont se mettre eux aussi à pratiquer ce négoce lucratif. Quelques familles de Meymac possèdent ainsi toujours des vignobles dans les meilleurs crus du Bordelais ! 



Marcel Parinaud, qui est très attaché à l'histoire de sa région, a ainsi créé une association "Les amis de Meymac près Bordeaux" qui perpétue cette mémoire et organise des événements. En 2013 un vignoble appelé "vignoble Château-des-Moines-Larose" a été planté sur la commune. C'est la première partie d'un projet comportant un second vignoble (vin blanc) et une implantation de treilles dans le village de Meymac.



La mémoire de Jean Gaye-Bordas

Meymac possède toujours cette maison à la façade rose construite en 1880 par Jean Gaye-Bordas, l'inventeur du négoce qui a contribué à enrichir le pays. Il avait baptisé cette belle demeure "château des Moines de Larose".







Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité