Charente : de nouveau des tags islamophobes sur la mosquée de Cognac, un an après

Les inscriptions découvertes sur les murs de la mosquée de Cognac / © Laïd Bouazza
Les inscriptions découvertes sur les murs de la mosquée de Cognac / © Laïd Bouazza

Ce dimanche matin, des tags représentant une croix gammée, une croix celtique et des tranches de jambon ont été decouverts à la mosquée de Cognac.
Des faits similaires s'étaient produits il y a un an presque jour pour jour, dans la nuit du 19 au 20 août 2013.

Par Christine Hinckel

Les auteurs des dégradations perpétrées en 2013 n'ont toujours pas été identifiés et les faits n'ont jamais été revendiqués.
Cette nuit, le même mode opératoire a été constaté, une croix gammée et une croix celtique taguées sur les murs et des tranches de jambon jetées devant l'entrée des locaux de la salle de prière.
Les tranches de jambon déposées devant l'entrée de la salle de prière de Cognac / © Laïd Bouazza
Les tranches de jambon déposées devant l'entrée de la salle de prière de Cognac / © Laïd Bouazza


Les dégradations ont été découvertes par les fidèles de Cognac et leur imam Ahmed Bouhoudi. En fin de matinée, alors que la police était en train d'effectuer les constats, le président du Conseil Régional du Culte Musulman, Kader Bouazza, s'est rendu sur place. Les deux hommes ont déposé une plainte contre X .

Kader Bouazza affirmé que ces actes étaient "quelque chose qui nous choque et laisse un goût amer par rapport à ces personnes qui développent la haine et qui cherchent à diviser les Français. Alors que nous nous faisons tout pour que les Français se rassemblent autour des valeurs républicaines et du respect de l'autre. "

Kader Bouazza ajoute que le fait que ces incidents se produisent un an jour pour jour après les premiers et selon le même mode opératoire pourrait laisser penser qu'il s'agit des mêmes auteurs.
Le représentant de la communauté musulmane ajoute qu'il leur faudrait  à l'avenir "être plus vigilants", peut-être "en installant un système de surveillance mais cela est très coûteux ou alors par le rôle et la vigilance du voisinage".


Des actes condamnables et condamnés

L'an Passé, Mgr Dagens, évêque d'Angoulême avait condamné ces actes islamophobes en assurant les musulmans de Cognac de son "respect, de sa confiance et de son amitié."
Michel Gourinchas, le maire de Cognac a renouvelé aujourd'hui la condamnation qu'il avait déjà exprimée l'an dernier en jugeant ces actes "scandaleux".

D'autres explications avec le commentaire de François Privat :
Dégradations islamophobes à la mosquée de Cognac
Commentaire de François Privat

 

Sur le même sujet

Les + Lus