SNCF : les trains roulent malgré la grève des contrôleurs

La grève des contrôleurs lancée jeudi soir par deux syndicats de cheminots entraînait vendredi des perturbations réduites, et qui devraient le rester samedi, avec un trafic normal sur les réseaux et la plupart des TGV.

© Maxppp
Le préavis des deux syndicats, qui craignent pour l'avenir du métier de contrôleurs et réclament des embauches, court de jeudi 19H00 à dimanche 08H00. Ils représentent plus de 65% des voix chez les 10.000 contrôleurs. Pour vendredi, la CGT-cheminots a déposé un deuxième préavis, étendu à toutes les catégories de personnel.

Si le mouvement est selon les syndicats bien suivi, les annulations sont limitées car une partie des trains sont autorisés à rouler sans contrôleurs et les agents disponibles ont été réaffectés.  Ainsi, le service devait être "normal" vendredi comme samedi sur toutes les lignes d'Ile-de-France, qui concentre 60% du trafic, la plupart des liaisons internationales et les lignes à grande vitesse, à l'exception du TGV Sud-Est.

Le mouvement d'action des contrôleurs affecte les TER, avec en moyenne 2 liaisons (train et/ou car) sur 3 prévues. La situation sera plus difficile pour les usagers des TER Lorraine, Limousin et Provence-Alpes-Côte d'Azur. Selon la SNCF, il y aura un TER sur deux en PACA.


Retour progressif à la normale dimanche 

La SNCF prévoit un retour progressif à la normale dimanche matin à partir de 8 heures. La mobilisation des contrôleurs sera "importante", selon SUD, supérieure à 50% dans plusieurs régions (Normandie, Lyon, Dijon, Metz et Nancy) au vu des déclarations déposées 48H00 à l'avance par les salariés. La SNCF communiquera dans la matinée le taux de grévistes.Les syndicats s'opposent notamment à la suppression sur certains trains d'une présence systématique du contrôleur au profit de contrôles groupés et ciblés et craignent une généralisation du dispositif EAS (Équipement agent seul), qui permet de faire circuler les trains avec le seul conducteur à bord. L'évolution des carrières et du métier de contrôleur génère des "inquiétudes" profondes, selon les deux syndicats, qui pointent également des effectifs en tension.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social transports en commun