L'usage des pesticides agricoles en augmentation de 9% en 2013

© Maxppp
© Maxppp

Après un mieux en 2012, l'utilisation de pesticides agricoles en France s'est accrue de 9,2% en 2013, témoignant de la difficulté à inverser de vieilles pratiques. L'annonce vient d'être faite par le ministère de l'Agriculture à la veille de la remise d'un rapport sur le sujet.

Par BD (avec AFP)

En 2013, le printemps a été exceptionnellement humide, ce qui a favorisé la prolifération de champignons, de limaces et mauvaises herbes, a expliqué le ministère dans un communiqué. C'est un revers, car, l'année précédente, le recours aux produits chimiques en agriculture avait baissé (-6%) pour la première fois depuis la mise en place d'un indicateur de mesure en 2009. Surtout, entre 2009 et 2013, l'emploi de produits d'agrochimie reste en hausse de 5%.

En 2008, dans la cadre du Grenelle de l'Environnement, la précédente majorité avait lancé son plan Ecophyto avec un objectif : réduire de moitié le recours aux pesticides d'ici 2018. A son arrivée en mai 2012, le ministre socialiste de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait pris ses distances avec cet objectif chiffré, tout en tentant de changer durablement les pratiques de production avec l'agroécologie. Pour l'heure, ces politiques n'ont pas encore réussi à porter leurs fruits. Pour autant le tableau n'est pas tout noir, selon Patrick Dehaumont, directeur général de l'Alimentation.

D'abord parce que dans les zones non agricoles (jardin publics, cimetières...), l'utilisation des produits phytosanitaires a baissé de près de 8% en 2013 et de 3,4% depuis 2009. Ce qui témoigne de l'engagement des collectivités à changer leurs pratiques. Une évolution encourageante, sachant que la ministre de l'Écologie Ségolène Royal envisage d'interdire l'usage des pesticides dans les jardins publicsfin 2016.

De plus, le plan Ecophyto a permis de faire le grand ménage dans les molécules les plus dangereuses et de mettre en place un réseau de 2.000 fermes pilote dans le développement de pratiques et de programmes de recherche. Des résultats "encourageants" ont en effet été observés dans ce réseau de fermes baptisé Dephy.



Sur le même sujet

Un Airbnb solidaire lancé au Pays Basque pour héberger les travailleurs pauvres

Les + Lus