Festival Filmer le travail : coup d'envoi ce soir

Publié le Mis à jour le

Le Festival sera lancé ce soir à 20h30 à l'Espace Mendès-France, même si les festivités commencent à 16h avec l'ouverture de l'exposition Le bonheur au travail ? Qui propose des regards croisés de dessinateurs de presse et d'experts du travail. Découvrez la présentation dans notre édition ce midi.

Dans notre édition du Midi-Pile aujourd'hui, Dominique Laveau a présenté les principaux traits de cette 6ème édition de Filmer le Travail.
durée de la vidéo: 01 min 10
Midi pile - présentation du festival Filmer le travail

 


Le Prix France Télévision des Internautes

Comme chaque année, les cinéastes amateurs sont invités à participer à un concours de courts métrages baptisé "Filme ton travail". Une caméra, un téléphone portable, un appareil photo. C’est par ces médias et au travers de films courts que des réalisateurs
vous présentent leur vision très personnelle de leur travail. Cette année, réflexion sur l’ouverture du concours à un public jeune. Le jury a sélectionné 12 films qui seront projetés au Tap Castille mardi 10 février. Les personnes présentes dans la salle pourront voter pour le prix du public. Cette année encore, France Télévisions s'associe à Filmer le travail pour le Prix des internautes - Filmer le travail. Dès mardi soir, vous pourrez regarder ces vidéos sur notre site et élire votre préféré en ligne. 


Autres propositions

La dimension internationale du festival s'affirme d'année en année, avec par exemple "Ce qu'il reste de la folie" sur la psychiatrie au Sénégal, "My name is salt" sur la récolte de sel en Inde, ou "L'expérience Cecosesola" sur une coopérative vénézuélienne.

Le spectateur peut également découvrir le quotidien des manutentionnaires du Bronx à New York ("Bx46") ou le combat en Corée du sud d'ouvriers de Samsung ayant contracté des maladies comme des leucémies pour faire reconnaître la responsabilité du géant du smartphone ("The empire of shame").
Enfin, Filmer le travail est le fruit d’un partenariat entre l’université de Poitiers, l’Espace Mendès France (EMF) et l’association régionale pour l’amélioration des conditions de travail (ARACT).