Cet article date de plus de 6 ans

Territoire à énergie positive : le Grand Angoulême veut diminuer la pollution des eaux usées

Le Grand Angoulême a été désigné par le ministère de l'Ecologie et du Développement Durable comme territoire à énergie positive parmi les 212 collectivités françaises (20 en Poitou-Charentes) récompensées pour leur engagement dans un programme d’actions pour la croissance verte.
518 candidats avaient répondu à l'appel de projets lancé par le ministère de l'Ecologie, 212 ont été sélectionnés. Les territoires lauréats se verront attribuer une aide financière de 500 000€ qui pourra être renforcée jusqu’à 2 millions d’euros en fonction de la qualité des projets et de leur contribution aux objectifs inscrits dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Ces aides financières doivent permettre de financer des actions qui "contribuent efficacement à la baisse de la consommation d’énergie sur le territoire, à la production d’énergie renouvelable et à la mobilisation citoyenne." indique le ministère de Ségolène Royal qui en attend la création de 100 000 emplois en 3 ans.


Limiter la pollution des eaux usées

Le Grand Angoulême et ses partenaires s'engagent dans une opération de sensibilisation auprès des professionnels visant à diminuer les rejets de polluants dans les réseaux d'eaux usées provenant des petites et moyennes entreprises.
Un diagnostic technique est effectué pour déterminer l'équipement dont les professionnels (restaurateurs, artisans, chefs d'entreprises) devront s'équiper pour limiter la pollution par les graisses ou les produits toxiques. 
Le grand Angoulême est, à l'heure actuelle, la seule collectivité du Poitou-Charentes à proposer ce type de diagnostic aux entreprises.
Plus d'explications dans le reportage de Jérôme Deboeuf et Christophe Guinot :

durée de la vidéo: 01 min 50
Grand Angoulême : territoire à énergie positive




Pour cette opération de diagnostic, Grand Angoulême  travaille en collaboration avec la Chambre de Commerce et la Chambre des Métiers. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie réchauffement climatique