Le prof de philo de Poitiers suspecté d'"apologie du terrorisme" ne sera pas poursuivi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bernard Dussol .

Le procureur de la République de Poitiers a pris la décision de ne pas poursuivre Jean-François Chazerans, le professeur de philosophie de Poitiers à qui on imputait des "propos déplacés". L'enseignant reste mis à pied et passera en commission disciplinaire.

Jean-François Chazerans, le professeur de philosophie suspendu par le lycée Victor-Hugo (Poitiers) pour des propos tenus en classe ne sera pas poursuivi : ​au niveau pénal, l'affaire a été classée sans suite. Le professeur reste mis à pied à titre conservatoire : une période de mise à l'écart d'un salarié dans la procédure d'un licenciement pour faute.
durée de la vidéo: 00 min 49
Jean-François Chazerans, professeur de philosophie au lycée Victor-Hugo (Poitiers)
Nicolas Jacquet, le procureur de la République de Poitiers, estime que les propos prêtés à M. Chazerans ne sont pas "constitutifs du délit d'apologie d'actes de terrorisme". Il l'indique clairement dans un communiqué où il écrit :"S'agissant de sa position vis à vis des événements du 7 janvier, les auditions des élèves semblaient confirmer qu'en dépit des propos tenus, à aucun moment leur professeur n'entendait légitimer ou soutenir l'action des terroristes".

Classement sans suite sur le plan judiciaire de cette affaire qui a secoué la communauté enseignante, alors qu'il est avéré que si J.F. Chazerans n'a pas apporté son soutien aux terroristes, il a pu tenir certains propos choquant pour certains élèves. C'est en tous cas ce que montre ce récapitulatif des faits dans le communiqué du procureur où il apparaît que le prof de philo a traité les journalistes de Charlie Hebdo de "crapules" tout en assimilant "les militaires français engagés sur des opérations extérieures à des terroristes". 

Le procureur va communiquer les retranscriptions des auditions au recteur de l'Académie de Poitiers alors que J.F. Chazerans est convoqué le 13 mars prochain devant une commission disciplinaire académique.



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité