2e procès de la mère de la petite Serena, enfant cachée pendant 23 mois

© Julie Radenac France 3 Limousin Novembre 2018
© Julie Radenac France 3 Limousin Novembre 2018

La Cour d'Assises de la Haute-Vienne jugera en appel, à partir de ce lundi 7 octobre, Rosa Maria Da Cruz. Condamnée à Tulle, en novembre 2018, à 5 ans de prison dont 2 ferme, pour les violences portées à son enfant, la petite Serena. Elle avait caché l'enfant pendant 23 mois.

Par Isabelle Rio

C'est libre que Rosa Maria Da Cruz est entrée dans la salle de la Cour d'Assises de la Corrèze, à Tulle, le 12 novembre 2018. Elle en est sortie avec une condamnation de 5 ans de prison dont 2 ferme. L'Avocat Général avait requis 8 ans d'emprisonnement. Il a fait appel. Rosa Maria Da Cruz est partie en prison à l'issue de ce premier procès.

C'est donc sous escorte qu'elle comparaitra lundi 7 octobre 2019 pour son second procès, cette fois devant la Cour d'Assises de la Haute-Vienne à Limoges.
 


L'affaire appelée dans les médias "le bébé du coffre"

Rappelez-vous. On découvrait, le 25 octobre 2013, le sort de la petite Serena, rendue invisible par sa mère pendant plus de 23 mois. C'est finalement dans le coffre de sa voiture, laissée à l'entretien, qu'un garagiste découvre avec horreur l'enfant nu, coincé dans un coin. De cette absence de vie normale, elle garde aujourd'hui de lourdes séquelles et un syndrome autistique. Un lien certain, selon les experts, avec les privations, la maltraitance psychologique et émotionnelle du bébé.

Le Jury que désignera ce lundi la Cour d'Assises de la Haute-Vienne devra, comme celui de Tulle, comprendre pour juger. 8 jours pour analyser le déni de grossesse de cette femme de 50 ans, puis un déni d'enfant comme le plaide la défense. Un bébé dont l'existence est niée mais gardé en vie dans le secret de son époux et de ses trois autres enfants, parfaitement eux sociabilisés et éduqués dans la maison familiale à Brignac la Plaine. 

Elle était consciente de ce qu'elle faisait, quelques jours de plus et Serena risquait la mort


avait plaidé l'Avocate de la petite fille.

Une nouvelle fois, Rosa Maria Da Cruz devra s'expliquer des violences volontaires ayant entrainé une infirmité permanente sur sa fille, âgée aujourd'hui de 8 ans. Elle encourt vingt ans de réclusion criminelle.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus