Battue, Virginie Calmels a tout de même lancé sa carrière politique

© Jean-Pierre Muller / AFP
© Jean-Pierre Muller / AFP

Elle n'a eu de cesse de le rappeler durant toute la campagne, Virginie Calmels est une novice en politique. Mais à 44 ans, l'adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux vient de faire son entrée en politique, malgré sa défaite face à Alain Rousset. 

Par Delphine Vialanet

Certains lui ont reproché son ton direct, jugé agressif par ses adversaires en campagne. Virginie Calmels qui se qualifie elle même de "Dame de Faire", n' a pas encore toutes les ficelles de la parole politique en campagne électorale. 

L'ancienne dirigeante d'Endemol ou de Numéricable a appris à la vitesse grand V. Elle a écumé une grande région qu'elle découvrait, a appris à parler "retard de TER" ou "élevage bovin", bien loin des stock option ou des parts de marché de son ancienne vie. 

Virginie Calmels a même fait douter son principal adversaire lorsqu'à quelques semaines du premier tour, les sondages la donne en tête du premier tour. 
Consciente que sa jeunesse en politique peut être un atout plutôt qu'une faiblesse, elle martèle durant toute la campagne qu'elle incarne un renouveau, une vision plus moderne pour l'avenir de la région. 

Les électeurs n'ont pas adhéré à cette vision, lui préférant le projet d'Alain Rousset qui arrive en tête dans les 12 départements de la Grande Région ALPC. Mais Virginie Calmels sait qu'elle a ouvert sa voie
Son mentor Alain Juppé n'a pas perdu une minute pour amorcer cette nouvelle ascension de son adjointe, en annonçant les projets qu'il mûrit pour elle. 






 

intervention en Direct de Virginie Calmels

 

Sur le même sujet

Les + Lus