L'ex-ennemi public n°1, meurtrier des époux Aran à Bordeaux, replonge

Publié le Mis à jour le
Écrit par G.D

Le braqueur multirécidiviste a de nouveau succombé à ses démons. Après 33 ans de prison suite aux meurtres des médecins bordelais, Lionel Cardon a été arrêté à Nice le 22 octobre pour une série de braquages. L'homme de 57 ans était en liberté conditionnelle depuis 2013. 

Lionel Cardon n'aura que peu goûté à la liberté. Ce normand de 57 ans était en régime de semi-liberté depuis 2012 avant d'être libéré sous conditions l'année suivante après 33 ans d'emprisonnement. Au printemps, il avait disparu des écrans radars. Mais la justice n'a pas tardé à entendre de nouveau parler de lui. Son nom a resurgi lors de l'enquête sur une série de braquages commis dans la région toulousaine.
Lionel Cardon a été arrêté le 22 octobre près de Nice.

Le tueur à l'écharpe blanche

Ce multirécidiviste a été l'homme le plus recherché de France en 1983. Ses cinq semaines de cavale avaient défrayé la chronique. Condamné pour une première série de braquages deux ans avant, alors en liberté conditionnelle, il était le principal suspect dans le meurtre des époux Aran. Ces médecins bordelais bien connus avaient été tués dans des circonstances troubles. 

François-Xavier Aran a été retrouvé le 10 octobre 1983 dans sa demeure de Pessac. Le chirurgien, étranglé, a été ligoté dans la baignoire. Sa femme ainsi que sa voiture ont disparu. Une demande de rançon parviendra à la famille. 
Aline Aran sera retrouvé 18 jours plus tard assassinée d'une balle en plein coeur dans la forêt de Nevers. Recherché par toutes les polices de France à l'époque, Lionel Cardon tue un policier, prend en otage son avocate et un journaliste avant de se rendre. 

L'affaire avait suscité une forte émotion à l'époque comme le rappelle Elise Daycard.
durée de la vidéo: 03 min 49
Meutre des époux Aran, le rappel des faits


En décembre 1986, le tueur à l'écharpe blanche comme l'a surnommé la presse est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de dix-huit ans.
En prison, il découvre la boxe. A sa sortie, le normand de 57 ans aurait eu l'intention d'ouvrir une salle de sport. Mais son casier judiciaire l'empêchait de passer ses diplômes d'entraîneur.

 "rêve de réinsertion"

Selon son avocat bordelais, Me Christian Blazy, "il ne voyait plus d'autre issue que le braquage pour réaliser son rêve de réinsertion".
Le 2 août, un bijoutier de Muret, en Haute-Garonne, remet le contenu de son coffre à un individu cagoulé et armé. Trois semaines plus tard, l'agence de la Poste de Seysses, dans le même département, est attaqué. Arrêté, Lionel Cardon a reconnu les faits en garde à vue.
Retour à la case prison pour celui qui a commis son premier braquage à 19 ans.