• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Quand Ousmane Sow exposait à Bordeaux

© F3 Aquitaine
© F3 Aquitaine

Le sculpteur sénégalais décédé jeudi à Dakar à 81 ans avait été révélé à Bordeaux en 1988. C'est dans le hangar 5, pas encore détruit, qu'il a réalisé sa première exposition européenne. Son deuxième passage sur les quais bordelais douze ans plus tard est encore dans tous les esprits.

Par CA

Ousmane Sow était considéré comme l'une de ses plus grandes figures dans le domaine de l'art: "un géant" et "un monument" qui a fait honneur à toute l'Afrique.

Ancien kinésithérapeute installé en région parisienne, il décide de se consacrer pleinement à la sculpture la cinquantaine passée.

Sa première exposition en Europe, dans un hangar des quais de Bordeaux en 1988, a largement contribué à le faire connaître. L'évènement s'intitulait "Bordeaux porte de l'Afrique" et montrait les travaux de différents artistes. 

La première exposition européenne d'Ousmane Sow à Bordeaux en 1988
Regardez ce reportage réalisé en 1988 sur l'exposition "Bordeaux porte de l'Afrique" dans le hangar 5 pas encore détruit. Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow expose pour la 1ere fois en Europe. Une expo qui contribuera largement à le faire connaître.


Douze ans plus tard, après avoir installé ses sculptures monumentales sur le pont des Arts à Paris, Ousmane Sow revient sur les quais de Bordeaux débarrassés cette fois de ses hangars.

Le succès est immense à Paris (4 millions de visiteurs), et marquera les esprits à Bordeaux.

Ousmane Sow a façonné 75 personnages en résine de paille, matière qu'il avait lui-même inventée. Des guerriers africains, des indiens d'amérique, des lutteurs du Soudan... des hommes, des femmes, des animaux de taille imposante, figés dans leurs mouvements.

Les personnages monumentaux d'Ousmane Sow exposés sur les quais de Bordeaux en 2000


Ousmane Sow expose ses sculptures monumentales à Bordeaux
Regardez ce reportage réalisé en 2000 par France 3 Aquitaine sur l'exposition sur les quais de Bordeaux de 75 personnages façonnés par le sculpteur sénégalais


Ousmane Sow a fait montre à travers son oeuvre d'"un humanisme qui met en scène le corps et qui met l'homme au coeur de la problématique sociale". "Il a poussé l'originalité jusqu'à créer une matière spéciale faite de résine de paille, une matière nouvelle dont lui seul avait le secret", explique le plasticien Vieux Diba, professeur à l'Ecole nationale des arts et président de la plate-forme des arts visuels au Sénégal.

Pour certains, esthétiquement, son travail était très proche de celui d'Auguste Rodin.

"Il n'y a pas de corps parfait, ça me donne la liberté de ne pas faire comme les Grecs, c'est-à-dire des sculptures bien calibrées, et ça, je l'ai acquis par mon métier de kinésithérapeute",


expliquait Ousmane Sow quand on l'interrogeait sur son travail.

Hommages unanimes


Selon sa famille, Ousmane Sow est décédé à l'Hôpital Principal de Dakar. Elle n'a pas précisé de quoi il souffrait, ni la durée de son hospitalisation.

"Il emporte avec lui rêves et projets que son organisme trop fatigué n'a pas voulu suivre"


ont simplement dit ses proches.

Le sculpteur octogénaire menait une vie très discrète à Dakar où le président sénégalais a salué "un artiste de génie". "J'appréciais l'homme autant que son oeuvre. Mes condoléances à la famille d'Ousmane Sow" est t-il écrit sur le compte Twitter de Macky Sall. 

Ousmane Sow a été le "premier Africain à rejoindre l'Académie française des Beaux-Arts" en tant que membre associé étranger en 2013.

François Hollande a lui rendu hommage à "un immense artiste et un ami de la France. Ses oeuvres sont le reflet de ses engagements, et ses géants se tenaient toujours debout".




Sur le même sujet

Retour sur le concert d'Ibrahim Maalouf au Surgères Brass Festival

Les + Lus