Trouver l'origine des tocs, Bordeaux à la pointe de la recherche

Publié le Mis à jour le
Écrit par A.H.

Environ 2 à 4 % de la population serait concernés par les troubles obsessionnels compulsifs, au CHU de Bordeaux, une équipe de neurologues étudient les connexions du cerveau qui seraient responsables de ces dysfonctionnements psychiatriques.

Le TOC est souvent associé à une dépression majeure. Des traitements médicamenteux et psychologiques existent, mais les patients peuvent y être résistants. A Bordeaux, une équipe de chercheurs, autour du Pr Pierre Burbaud, travaillent sur les zones qui seraient à l'origine de ces troubles. Et en interaction avec des psychiatres et neurochirurgiens, ils participent à faire évoluer la technique de stimulation cérébrale profonde (SCP), pour les patients souffrant d'une forme sévère et résistante de TOC.
Cette technique, consiste en l'implantation d' une électrode dans le cerveau. Ces recherches, dont cette technique, représentent un grand espoir dans le traitement de ce trouble.

Les explications sur cette recherche avec Catherine Bouvet et Thierry Julien

Avec l'intervention de : 
  • Pr Bruno Aouizerate - Psychiatre
  • Pr Pierre Burbaud - Neurologue
  • Pr Emmanuel Cuny - Neurochirurgien

La Fondation pour la Recherche Médicale (FRM)

Cette fondation a pour but de récolter des fonds afin d'aider à financer des programmes de recherches dans les hôpitaux. A Bordeaux, par exemple, l'équipe du Pr Pierre Burbaud  a pu être aidée dans sa démarche. Il s'intéresse aux connexions cérébrales responsables des fameux troubles obsessionnels du comportement...
En pied peut-être : Si vous souhaitez aider la recherche médicale :  www.frm.org