L'UBB est attendue au tournant

L'ouvreur de l'UBB Pierre Bernard. / © Commons wikimédias
L'ouvreur de l'UBB Pierre Bernard. / © Commons wikimédias

Alors que les promus dans l'élite, la Section Paloise et le S.U. Agen, ont déjà repris, l'Union Bordeaux-Bègles n'effectuera son premier entraînement que le 6 juillet. Ce sera le coup d'envoi d'une saison très attendue pour le septième du dernier Top 14.

Par Nicolas Morin

Encore quelques jours de vacances et les hommes de la meilleure équipe de rugby de l'Aquitaine rangeront la crème solaire et les claquettes de plage. Lundi prochain, l'UBB fera son grand retour sur le terrain après cinq semaines de vacances. Avec un effectif qui sera amputé de bon nombre de joueurs en raison de la préparation à la coupe du monde. Ainsi le feu follet des Fidji Met Talebula, le talonneur des Samoa Ole Avei, les stars d'Australie Sekope Kepu et Adam Ashley-Cooper et le troisième ligne du XV de France Loann Goujon ne rejoindront pas la Gironde avant le mois de novembre. En revanche, les autres recrues, l'ancien 3/4 de Clermont Jean-Marcellin Buttin en tête, seront normalement au rendez-vous de la reprise.


L'après Etcheto


Autre petit nouveau, Emile N'Tamack. L'ancien entraîneur des lignes arrières de l'équipe de France sous l'ère Lièvremont (2007-11) succède à Vincent Etcheto, limogé par son président Laurent Marti en raison de divergences profondes de vue. Malgré son passé de joueur de haut niveau (46 sélections), Emile N'Tamack n'arrive pas en terrain conquis. Car la personnalité et les conceptions de jeu de Vincent Etcheto ont profondément marqué un groupe qui n'a pas apprécié son départ. L'ancien Toulousain, qui possède un style différent, est attendu au tournant. Mais il dipose d'un atout en la personne de son adjoint Bruce Reihana, ancien arrière très apprécié de l'UBB, pour faire le lien avec les joueurs. Choisi par Laurent Marti avec l'accord de Raphaël Ibanez, N'Tamack et le staff auront beaucoup de travail pour que l'UBB reste performante.


Objectif : top 6


La cinquième saison de l'équipe de la Gironde dans l'élite du rugby sera peut-être en effet celle de tous les dangers. Pour la première fois de sa jeune histoire, Bordeaux-Bègles va devoir gérer de front le Top 14 et la Champion's Cup avec six matchs au programme de novembre à janvier (face à Clermont, Exeter et les Ospreys). La grande coupe d'Europe prend beaucoup d'énergie et il s'agira de ne pas laisser trop de forces pour un Top 14 toujours aussi dense et relevé. Car après avoir raté la qualification pour les phases finales à Toulouse à la dernière minute de l'ultime journée le 23 mai, Bordeaux-Bègles veut atteindre cet objectif cette fois-ci. Un défi excitant à la mesure d'une saison qui l'est tout autant.

Sur le même sujet

Les + Lus