Cet article date de plus de 8 ans

[VIDEO] 48 heures pour détruire le pont René Coty à Ambarès-et-Lagrave

L'Opération a été baptisée "coup de poing". Son objectif  : déposer l’ancien pont René Coty d’Ambarés-et-Lagrave. Les salariés de la société Lisea avaient 48 Heures. La circulation des trains était interrompue dans la commune, le temps des travaux. 
La course contre la montre a commencé hier soir.  Il ne reste plus que quelques heures. Prés de 80 tonnes de béton ont été levées, 60 tonnes grignotées puis évacuées. 
Malgré des conditions de travail difficiles pendant la nuit, les hommes ont tenu le rythme. Demain à 6 heures, le pont aura disparu. Il laissera la place à un parvis qui desservira la halte TER de la Gorp.

La commune d'Ambarès-et-Lagrave, au coeur de la pointe d'Ambès avait une particularité : elle avait deux ponts René Coty. L'ancien surplombait les voies ferrées. Mais il avait une emprise trop étroite au sol pour laisser passer la future Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux. Il a donc fallu construire un nouveau pont, parallèle au premier. Il a été ouvert aux automobilistes le 7 janvier dernier. C'est le premier des 400 ouvrages d'aménagement construits sur le tracé de la LGV.

Les travaux d'Ambarès ne sont que l'un des wagons d'un vaste chantier. 113 communes situées sur 6 départements et 3 régions seront traversées. 302 kilomètres de voie nouvelle seront construits. L’ouverture est prévue pour 2017.





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lgv transports en commun