Cet article date de plus de 6 ans

Ile de Ré : des centaines de poissons morts échoués sur la plage de Rivedoux (17)

Des centaines de poissons morts ont été retrouvés hier sur la plage de Rivedoux dans l'Île de Ré. Comme à St Froult dans la réserve de Moëze-Oléron, le 8 juin, il s'agit de mulets et plusieurs hypothèses sont à l'étude pour tenter d'explique ce phénomène.
Les poissons se sont échoués sur la plage et des analyses sont en cours pour déterminer la cause de leur mort alors que l'arrivage constaté à Rivedoux semble moins important que celui de la semaine dernière. Les services municipaux ont d'ailleurs nettoyé la plage de Sablonceaux et continuent à surveiller le littoral en prévision d'une nouvelle arrivée de poissons morts.

L'IFREMER de La Rochelle indique que, comme dans la réserve de Moëze-Oléron, les fortes chaleurs de la semaine dernière pourraient être à l'origine de cette hécatombe. Les poissons pourraient avoir été piégés par la basse mer qui avait lieu en milieu d'après-midi au moment des fortes chaleurs. Ils auraient alors manqué d'oxygène.

Les techniciens d'IFREMER ajoutent que ce phénomène de poissons morts a déjà été observé en baie de l'Aiguillon, il y a quelques années, dans des circonstances de chaleur importante. Patrice Raffarin, le maire de Rivedoux-Plage, indique pour sa part qu'un arrivage identique s'est produit l'année dernière à la même époque.

Certains habitants de l'Île-de-Ré soulèvent une autre hypothèse : des bateaux pourraient rejeter à la mer des captures de mulets réalisées pendant qu'ils pêchent d'autres espèces de poissons plus nobles. Le mulet a peu de valeur sur les criées et il peut donc arriver que des prises soient rejetées à l'eau pour ne pas encombrer les cales des navires avec du poisson sans valeur marchande.

L'IFREMER ne cache pas son étonnement en constatant que ce phénomène de poissons morts perdure une semaine après les premiers arrivages, alors les températures sont nettement en baisse. Explication possible : les courants qui circulent dans les Pertuis charentais auraient pu faire de la "rétention" de cadavres de poissons. Il faudra donc attendre le résultat des analyses qui sont en cours pour lever ce mystère.




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littoral aménagement du territoire environnement société mer sorties et loisirs