Cet article date de plus de 3 ans

Île de Ré : les sauniers inquiets face à l'IGP fleur de sel de Camargue

Les sauniers de l'île de Ré et de Noirmoutier, les paludiers de Guérande sont inquiets face à la prochaine Indication Géographique Protégée, (IGP) dont va bénéficier la fleur de sel des Salins de Camargue. Dans le midi, la récolte est industrielle alors que sur l'Atlantique, elle se fait à la main.
Sur l'île de Ré, comme sur tout le littoral atlantique, la fleur de sel est cueillie à la main et en surface.
Sur l'île de Ré, comme sur tout le littoral atlantique, la fleur de sel est cueillie à la main et en surface. © France 3
L' Institut National d'appellation d'origine, (INAO) s'apprête à délivrer à la fleur de sel de Camargue, un label d'indication géographique protégée. Une décision qui scandalise les producteurs installés dans les marais salants du littoral atlantique dont ceux de l'île de Ré. Eux, récoltent la fleur de sel à la surface de l'eau, un produit très pur sans mélange avec le fonds des carreaux dont le goût et les capacités culinaires sont exceptionnels par rapport au gros sel.
Dans les salins du sud, cette récolte se fait de façon plus industrielle et surtout en allant plus profond dans l'eau, ce qui fait dire aux sauniers rétais que cette fleur de sel est moins pure que la leur. Ils craignent, à terme, une dépréciation du produit.


L'or blanc de l'île de Ré

La polémique entre récoltants de l'ouest et du sud sur cette IGP alimente la chronique des marais salants depuis une dizaine d'années maintenant. Elle se transforme aujourd'hui en véritable inquiétude car pour les sauniers rétais ou noirmoutrins et les paludiers guérandais, la fleur de sel représente une partie très importante de leurs revenus financiers. A Ré, elle ne constitue que 10% de la production mais 40% du chiffre d'affaire.
Pour continuer à mettre en avant leur savoir-faire, les producteurs de sel de l'Atlantique souhaitent désormais obtenir un label de spécialité traditionnelle


Yann Salaün, Pierre Lahaye et Maud Coudrin sont allés à la rencontre des sauniers de l'île de Ré :
 
Les sauniers de l'île de Ré sont inquiets
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie littoral société