• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Un détenu est décédé dans un incendie à la prison de Bédenac

© Pascal Foucaud - France Télévisions
© Pascal Foucaud - France Télévisions

Un détenu de 56 ans est décédé dans un incendie d'origine indéterminée ce vendredi, peu avant 5h00 au centre de détention de Bédenac (Charente-Maritime).

Par LG / PF / AFP

Le codétenu de la cellule a dû être hospitalisé en urgence relative mais les 37 autres pensionnaires de cette aile du centre de détention sont sains et saufs, certains simplement incommodés, a expliqué le directeur adjoint de la préfecture Matthieu Ringot. Au total, le centre de Bédenac accueille en tout 178 détenus.

Toujours selon directeur adjoint de la préfecture, le feu a pris dans une cellule peu avant 5h00 du matin et l'intervention des pompiers s'est terminée près après 6H00.

Le vice-procureur du tribunal de Saintes, Mathieu Auriol, n'a pas souhaité communiquer sur l'origine de l'incendie "car des investigations sont en cours et une enquête est ouverte". Des techniciens en investigations criminelles de la gendarmerie sont sur place. Toujours selon M. Auriol, une seule cellule a été touchée mais la fumée a causé des dégâts dans toute une aile du centre de détention, situé à une cinquantaine de km au nord de Bordeaux.

Des équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS) de l'administration pénitentiaire ont été mobilisées au cas où il faudrait déplacer des prisonniers dans un autre établissement.
- Mathieu Auriol, vice-procureur du tribunal de Saintes

Selon le vice-procureur de Saintes, "le prisonnier décédé était né en 1963 et était libérable prochainement". Le détenu hospitalisé l'a été "pour une intoxication légère par les fumées".
D'après les premièrs élément de l'enquête, l’hypothèse du suicide est fortement privilégiée.

Selon nos informations, la victime était arrivée au centre détention de Bédenac en janvier 2018. On ne lui connaissait aucun problème de comportement et entretenait de bonnes relations avec son codétenu, ainsi qu’avec les agents pénitentiaires.
Un délégué syndical UFAP du centre de détention de Bédenac nous indique que les bâtiments sont en bon état. Il ne note pas de problème à ce niveau-là.

L’homme devait quitter le centre de détention d’ici quelques semaines, à la mi-juillet.

Les centres de détention sont des établissements pénitentiaires destinés aux détenus condamnés à des peines d'au moins deux ans d'emprisonnement.

Sur le même sujet

réaction d'Alain Claeys au décès de Jacques Chirac

Les + Lus