Le tri des biodéchets sera obligatoire fin 2023, et si vous preniez de l'avance ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Valérie Prétot
Olivia Chudik, chargée de misssion biodéchets Cyclad, accompagne les professionnels et les particuliers qui souhaitent faire le tri des biodéchets.
Olivia Chudik, chargée de misssion biodéchets Cyclad, accompagne les professionnels et les particuliers qui souhaitent faire le tri des biodéchets. © Laurence Couvrand, France Télévisions

Le tri des biodéchets sera obligatoire pour tous fin 2023. Cyclad, le syndicat mixte qui gère le traitement et la valorisation des déchets en Charente-Maritime a déjà lancé une expérimentation dans 18 communes. C'est une première dans le département.

Et si les biodéchets retournaient à la terre ? Une solution d'autant plus écolo que ces déchets organiques représentent 30% de nos poubelles. En Charente-Maritime, l'idée a déjà fait mouche.

Cyclad a déjà pris de l'avance dans le domaine. Le syndicat mixte qui valorise les déchets est parti en croisade pour convertir les citoyens du nord du département au tri des biodéchets pour en faire du compost. En Charente-Maritime, 18 communes du Val de Saintonge sont déjà équipées de bacs collectifs pour les biodéchets. L'expérimentation avait d'ailleurs débuté dès 2017 avec une collecte spécifique auprès des professionnels de la restauration de Surgères. Et le bilan est éloquent, en l'espace six mois, 50 tonnes de biodéchets ont été collectées.

Les particuliers doivent se porter volontaires, c'est le cas de la famille Boissonnot installée à Saint-Julien de l'Escap, qui trie désormais ses déchets alimentaires.

"C'est une poubelle de plus, elle n'est pas volumineuses donc ça va,  avant on mettait tout dans la même poubelle alors que ça n'est pas plus compliqué de vider nos assiettes dans la poubelle des biodéchets lorsque le repas est terminé", témoigne Yohann Boissonnot, volontaire pour le tri des biodéchets
La poubelle de cette famille de cinq personnes sera allégée de 280 kilos par an.

120 kilos de biodéchets par semaine 

Dans le Val de Saintonge, les collectivités peuvent aussi se laisser tenter par l'expérience comme l'a fait  Frédéric Hausmann, le directeur d'une résidence qui accueille 72 personnes âgées autonomes. Chaque semaine 120 kilos de biodéchets sont triés et jetés dans un bac spécifique pour être compostés. Cette semaine Paulette, Sylviane et Jacqueline ont concocté des tartes aux pommes dont les épluchures ont atterri dans un bio seau. "Avant, on mettait tout dans les ordures ménagères, maintenant on sépare les biodéchets dans les sacs biodégradables et il ne reste pas grand-chose en terme d'autres déchets ménagers", observe Frédéric Hausmann, directeur des Jardins de Mathis.

 

Nous avons mis en place un système de bac de regroupement où l'on vient déposer notre sac de 10 litres et nous sommes pionniers sur le territoire. L'idée, c'est que le tri des biodéchets est indispensable, c'est vraiment un geste simple pour alléger sa poubelle, pour aller vers la réduction vers réduction des déchets.

Olivia Chudik, chargée de mission biodéchets Cyclad

 

Ces biodéchets alimentaires seront transformés en engrais naturel destiné à enrichir les terres agricoles. Le processus est lent, il faut en moyenne trois mois pour fabriquer un compost dans les plateformes spécialisées. Celle de Sede Environnement à Chambon en Charente-Maritime valorise les biodéchets.

Dès le mois de novembre 2021, 24 communes du Val de Saintonge seront associées à ce projet, 30.000 habitants pourront alors alléger leurs poubelles. La révolution est en marche, le tri des biodéchets sera obligatoire pour tous en 2023. Ce tri innovant est impulsé par Cyclad, le syndicat mixte qui gère le traitement et la valorisation des déchets du nord de la Charente-Maritime.

Grand Poitiers passe la vitesse supérieure

La communauté de communes de Poitiers qui regroupe 40 communes a décidé d'accélérer la cadence dans le tri des biodéchets. Grand Poitiers incite les habitants à trier les biodéchets depuis une dizaine d'années en attribuant 15 euros de subvention pour l'achat d'un composteur ou d'un lombric composteur, 70 composteurs collectifs ont également été installés à Poitiers et notamment au Parc de Blossac. Plusieurs centaines d'habitants sont déjà moteurs dans ce projet.

Traiter sur place pour éviter le transport

"On donne des bio seaux et de la documentation. Les particuliers qui le souhaitent peuvent être accompagnés par des maîtres composteurs professionnels. Certains quartiers sont ont été équipés de composteurs individuels ou collectifs, c'est le cas du sud et du centre est de Poitiers" explique Thomas Royer, responsable du pôle déchets de Grand Poitiers.

On réfléchit pour voir où c'est le plus pertinent mais cette année on a décidé de desserrer le frein main. A terme chaque foyer de Grand Poitiers pourra s'il le souhaite en être équipé. L'idée c'est de traiter sur place, On souhaite éviter le transport qui a un coût pour la collectivité et l'environnement.

Thomas Royer, responsable du pôle déchets de Grand Poitiers. 

Une étudiante en psychologie conseille désormais le Communauté de communes de Poitiers sur les attentes et l'accompagnement des citoyens dans ce domaine.

Grand Poitiers propose des conseils en ligne sur son site internet avec des fiches pratiques et des vidéos pédagogiques sur le tri, le compostage et les aides accordées.

Pour en savoir plus

Tous au compost! est un évènement national annuel qui valorise la pratique du compostage de proximité des déchets organiques, cette campagne de communication se déroule jusqu'au 10 avril.

Le Réseau Compost Citoyen en Nouvelle Aquitaine propose des rencontres, des ateliers, la création d'outils communs.

Pourquoi séparer les biodéchets du reste des déchets ?

Sur son site, le Ministère de l'écologie détaille les raisons mais aussi les solutions pour un retour à la terre des biodéchets. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.