Législatives 2022 : le débat dans la première circonscription de Charente-Maritime

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Goux

Á moins de trois semaines du premier tour des législatives, gros plan sur la première circonscription de Charente-Maritime. Olivier Falorni (DVG) est le candidat sortant. Dix autres candidats sont en lice.

Gros plan sur la première circonscription de Charente-Maritime dans ce débat. Elle est représenté par Olivier Falorni divers gauche qui affronte dix challengers.

Laïd Berritane de France 3 Poitou-Charentes et Julien Fleury de France Bleu La Rochelle reçoivent six candidats : Olivier Falorni (DVG) Jean-Marc Soubeste (NUPES), Véronique Richez-Lerouge (DVC), Marie Nédellec (DVG), Nicolas François (Reconquête ) et Martine Madelaine (Renaissance).

Sont également candidats dans cette circonscription : Agnès Char (ECO) Philippe Père (Divers ) Antoine Colin (DXG) Nadine tanguy (DVD) et Emma Chauveau pour le Rassemblement National.

Trois thèmes seront abordés : le logement, la santé et l'urgence climatique.

Le logement

Cette première circonscription très urbaine avec une partie de La Rochelle et l'île de Ré concentre des problèmes graves de logement. Les étudiants, les foyers les plus modestes ne trouvent pas de logement à louer à l'année, à des prix raisonnables. Les plateformes de location de courte durée comme Airbnb sont plus attractives financièrement pour les propriétaires que les locataires à l'année.

La plupart des candidats font ce constat. Mais quelle solution pour y remédier ?

Pour Jean-Marc Soubeste (Nupes) il faut relancer le logement social " pendant cinq ans on a baissé les aides à la construction sociale et les Français ont perdu du pouvoir d'achat."

Marie Nédellec (DVG) fait le même constat et propose des mesures plus contraignantes.

L'encadrement des loyers j'y suis favorable. et on ne peut pas l'appliquer parce que le gouvernement ne nous y autorise pas.

Marie Nédellec, candidate divers gauche dans la première circonscription

Pour Olivier Falorni (DVG) "l'encadrement des loyers est une fausse bonne idée, c'est une usine à gaz et il n'y a pas de contrôles, il faut plutôt soutenir les initiatives locales."

Le candidat Reconquête, Nicolas François propose pour sa part de "fluidifier les transactions et baisser les impôts pour libérer des logements."

La santé

Alors que l'hôpital et les services d'urgence craquent, les candidats n'ont pas tous le même remède.

Pour Martine Madelaine, Renaissance, il faut "continuer là réformer l'hôpital et les services de santé."

On va recruter davantage et on va ouvrir des partenariats avec les médecins de ville.

Martine Madelaine candidate Renaissance dans la première circonscription

Ce que ne souhaite pas la candidate divers gauche Marie Nédellec : "le Ségur de la santé a simplement permis de relever un peu les salaires. Mais c'est insuffisant. Une infirmière de nuit touche dix euros de plus, c'est insuffisant."

Jean-Marc Soubeste lui veut "la fin de la tarification à l'acte. Gouverner par le coût ne remettra pas de la confiance."

Un avis plutôt partagé par Véronique Richez-Lerouge (DVC).

L'hôpital n'est pas là pour gagner de l'argent. La rentabilité n'y a pas sa place. Il faut revenir à une vision de service public.

Véronique Richez-Lerouge candidate divers centre dans la première circonscription

Olivier Falorni (DVG) est d'accord "Il faut remettre des médecins dans la gouvernance de l'hôpital et moins de comptables."

Quant au candidat Reconquête, Nicolas François, il refuse les pressions pour forcer les médecins à travailler en zone rurale par exemple " Il faut rester dans l'incitatif et augmenter les salaires des personnels hospitaliers".

L'urgence climatique

Olivier Falorni estime que l'urgence "c'est stopper la bétonisation des côtes, stopper l'artificialisation des sols. Il faut revégétaliser nos villes et protéger notre espace littoral."

Sur les circuits courts en matière d'alimentation Jean-Marc Soubeste fait un constat sévère "moins de 2% de notre alimentation vient de notre territoire, il faut mettre en place une réforme agraire."

Pour la candidate divers centre Véronique Richez-Lerouge c'est en effet un problème agricole "la profession vieillit et certains jeunes ne s'en sortent pas".

Enfin la candidate divers gauche Marie Nédellec plaide pour "une nourriture saine à la portée de tous."

Ce débat, traduit en langue des signes est diffusé à 18h15 sur France 3 Nouvelle-Aquitaine.

 VOIR le débat