Les transporteurs routiers bloquent les routes à la Rochelle et La Crèche pour protester contre la hausse du prix des carburants

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Goux

Les transporteurs routiers et les agriculteurs manifestent à La Rochelle en Charente-Maritime et La Crèche dans Les Deux-Sèvres pour protester contre la hausse du prix des carburants. La circulation est perturbée dans les deux villes.

Ils sont arrivés tôt ce lundi matin aux abords du dépôt pétrolier de La Pallice. Les chauffeurs routiers ont bloqué les axes les plus fréquentés dès 3 heures du matin. Très rapidement de gros bouchons se sont formés sur plusieurs portions de routes.

La route Nationale 237 notamment, avec à hauteur de Lagord, la bretelle d'accès à la rocade vers Rochefort, à hauteur de Puilboreau en direction de l'île de Ré, enfin, au nveau du Fief Rose, la circulation est bouchée dans les deux sens.

Au moment de l'affluence entre 7 et 9 heures, il était très difficile d'entrer dans La Rochelle. Les transports en commun ont également été perturbés. La régie des transports de la rochelle a d'ailleurs décidé de rappeler les bus en tout début de matinée. Puis vers 8 heures a recommencé à les faire circuler. Mais ils accusaient tous beaucoup de retard.

Mêmes blocages à La Crèche, près de Niort

Même situation à La Crèche dans les Deux-Sèvres, où les usagers de la route, qu'ils soient routiers ou entreprises de travaux publics ont mis en place des barrages filtrants en direction de Niort pour bloquer les transports de marchandises.

Pour Adeline Couillaud rencontrée sur le barrage ce lundi matin, "ce n'est plus possible de vivre du transport routier." Elle a fait ses comptes et la situation n'est plus tenable selon elle.

On roule à perte à longueur de temps. Un camion qui part à la semaine, on est à plus de 2.000 euros de carburant par semaine, alors qu'avant, on était à 1.200/1.300

Adeline Couillaud, transporteur indépendante

Pour Stéphane Couillaud qui travaille dans l'entreprise, les 1.300 euros d'aides d'urgences accordées par l'État ne sont pas suffisantes, parce qu'elles sont ponctuelles.

1.300 euros pour nous, c'est même pas un plein, c'est un peu léger.

Stéphane Couillaud, transporteur indépendant

Á la Crèche, les camionneurs ont décidé de bloquer les routes jusqu'à dimanche prochain.