“Le niveau de la mer pourrait monter d'un mètre dix d'ici la fin du siècle”, Valérie Masson, co-présidente du GIEC

photo d'illustration / © MaxPPP
photo d'illustration / © MaxPPP

Valérie Masson Delmotte, directrice de Recherche au CEA était l'une des intervenantes d'un colloque qui se déroulait ce mardi à La Rochelle, sur les risques côtiers et les adaptations au changement climatique. Cet expert des risques climatiques a rappelé qu'il était urgent d'agir.

Par Valérie Prétot

Un colloque portant sur les risques côtiers et les adaptations au changement climatique s'est déroulé ce mardi à La Rochelle, il était organisé par le Parc naturel régional du Marais poitevin et le Laboratoire LIENSs de La Rochelle Université. 
Les zones côtières doivent faire face à de forts aléas accentués par le changement climatique, alors même que la population y croît. Les séismes, les tsunamis, l'érosion littorale et les submersions liées à des tempêtes en font des espaces vulnérables.
Les scientifiques réunis à La Rochelle ont réaffirmé ce mardi que si rien n'était fait d'ici 2100, le niveau des eaux pourrait monter d'un mètre dix en moyenne. Le phénomène semble inéluctable, il s'est amorcé au début du 19 e siècle, et il est bien du au réchauffement climatique.
Le colloque s'est déroulé ce mardi à La Rochelle. / © FTV
Le colloque s'est déroulé ce mardi à La Rochelle. / © FTV

La co-présidente du GIEC, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat ,Valérie Masson Delmotte, Directeur de Recherche au CEA était l'une des intervenantes de ce colloque.

Elle a rappelé que la montée du niveau des mers qui est observée depuis la moitié du 20e siècle, est une conséquence des gaz à effet de serre et de l'activité humaine. 

Des changements inéluctables 

Tout va dépendre des choix que l'on va faire, si on agit fortement tous pour réduire les gaz à effet de serre, on a une possibilité de limiter l'ampleur des risques après 2050. Mais dans les prochaines décennies, il y a des changements qui vont être inéluctables parce que ce sera le résultat de ce qui a déjà été mis dans l'atmosphère par le passé. Pour chacun d'entre nous, on peut agir en réduisant les gaz à effet de serre par une consommation responsable. Il y a aussi ce qu'on peut faire en terme d'adaptation à ce climat qui va changer. Il y a beaucoup de leviers d'actions. La montée du niveau de la mer, c'était 15 centimètres au 20e siècle, le rythme a fortement augmenté, c'est aujourd'hui 3,6 millimètres par an parceque le Groenland et l'Antarctique fondent, on s'attend à la poursuite de l'accélération pour une montée de 50 centimètres au mileu du siécle, le risque a été revu à la hausse pour 1M10 d'ici la fin de ce siècle et plusieurs mètres pour les siècles suivant, 
-Vice-présidente du GIEC, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

Sur le même sujet

Les + Lus