Plus assez de TGV depuis la pandémie et des trajets trop longs : le maire de La Rochelle met la pression sur la SNCF

Publié le Mis à jour le
Écrit par E. Gérard

Jean-François Fountaine, le maire de La Rochelle a écrit à la direction de la SNCF. Il lui demande que l'offre de trains avec Paris soit rétablie dès le printemps et que "la promesse des 2H25 soit tenue".

L'actualité est régulièrement émaillée de coups de gueule d'élus locaux insatisfaits de la desserte ferroviaire de leur ville ou de leur territoire. Le dernier en date émane du maire de La Rochelle qui se plaint de TGV trop peu nombreux et pas aussi rapides que promis. 

Dans un courrier adressé à Jean-Pierre Farandou, le président de la SNCF, Jean-François Fountaine dénonce  "une baisse significative du nombre de dessertes" avec Paris et il demande que le niveau de l'offre d'avant-pandémie soit rétablie. 

"Aujourd'hui nous avons deux soucis" argumente le maire de la Rochelle, "les trains mettent le même temps qu'il y a 30 ans, c'est à dire 3 heures alors qu'on nous avait promis des liaisons avec la capitale en moins de 2h30. Et l'offre n'est pas suffisante, les trains sont bondés. Il faut s'y prendre très longtemps à l'avance pour obtenir un billet". 

Jean-François Fountaine qui se défend de tout procès d'intention à la SNCF affirme que la dégradation de services a débuté avec la pandémie, "mais à l’heure actuelle, les habitants du territoire, les entreprises et visiteurs sont dans l’attente d’un service amélioré" écrit-il. 

Arguant d'une enveloppe globale de 40 millions d'euros versés par la communauté d'agglomération à la SNCF auxquels s'ajoute les 30 millions du chantier de la gare, l'élu dit attendre "des efforts pour que l'offre de trains soit rétablie dès le printemps et que la promesse des 2h25 soit tenue" afin de permettre "un aller-retour convenable dans la journée au départ de Paris comme au départ de La Rochelle". 

"Je suis d'accord pour dire que l'avion n'est pas le bon moyen pour rallier la capitale mais encore faut-il que l'offre de trains soit suffisante en nombre et en temps de trajet" indique-t-il encore. 

Des trains "aux 2/3 pleins"

À ces critiques, la direction de la SNCF, contactée par notre rédaction, répond point par point. Concernant la fréquence des dessertes, elle assure que "95% de l’ensemble de l’offre TGV La Rochelle – Paris est assurée alors que la fréquentation est en baisse de 15% par rapport à la situation avant crise sanitaire.

Aux trains "bondés" évoqués par le maire, la SNCF oppose des taux d’occupation "bas, environ aux 2/3 plein". "Nous poursuivrons dans les prochains mois l’adaptation de notre offre en fonction du niveau de fréquentation constaté, en souhaitant que la reprise des déplacements se confirme malgré un contexte sanitaire qui reste aujourd’hui incertain" précise l'opérateur. 

Enfin, quant à l’augmentation des temps de trajets, la SNCF se justifie par l’ajout d’arrêts en gare de Poitiers notamment et des travaux entre Poitiers et La Rochelle. Elle assure également que l'offre a été renforcée de 7.000 places supplémentaires durant les fêtes sur la liaison Paris-La Rochelle.