Guy Nakache 16 ans, quitte précipitamment l'Algérie le 14 janvier 1962 : "on a parlé d'événement alors que c'était une guerre"

Publié le Mis à jour le
Écrit par FTV

Alors qu'on célèbre ce samedi les 60 ans de la signature des accords d'Evian qui mettaient fin à la guerre d'Algérie, Guy Nakkache, un ancien commissaire de La Rochelle, évoque son départ précipité de Constantine le 14 janvier 1962.

C'est le 18 mars 1962 qu'ont été signés les Accords d'Évian entre le gouvernement de la République française et le gouvernement provisoire de la République algérienne. Une date anniversaire qui est célébrée ce samedi, jour de l'entrée en vigueur du cessez-le-feu.

Guy Nakkache était alors un adolescent qui coulait une enfance heureuse à Constantine où il s'apprêtait à passer son bac.

Cet ancien commissaire à la retraite, désormais installé près de La Rochelle en Charente-Maritime évoque cette période douloureuse de l'histoire qui a fait des centaines de milliers de morts et de déplacés. 

Guy Nakkache avait seize ans en 1962. 

"Je n'ai pas eu le choix, j'ai dû partir du jour au lendemain. Cette année là, l'ambiance était très tendue à Constantine, on se retournait dans la rue pour voir si quelqu'un n'allait pas nous mettre une balle dans la nuque. Je me souviens qu'un jour une grenade a explosé au centre ville à l'endroit précis où je venais de promener quelques instants plus tôt. On appelait ça les événements.

Mon copain d'enfance Mustapha m'a dit un jour si on me demande de te flinguer, je le ferai. Moi je n'y ai pas cru  mais lorsque j'ai dit ça à mes parents, mon père a pris peur. Le 12 janvier 1962, j'étais encore au lycée et le 14 janvier, j'étais dans un avion pour Toulouse", se souvient l'ancien commissaire de police. 

Sa mère et ses deux soeurs quitteront l'Algérie peu de temps après puis son père fonctionnaire au Ministère des Finances sera muter à Lyon dans l'administration.

"Il serait temps de mettre tout sur la table"

La famille a tout laissé sur place, selon Guy Nakkache, le conteneur qui devait rejoindre la France a probablement été détruit. 

Les hasards de la vie ont fait que Guy Nakkache n'a gardé aucun souvenir, aucune photo. Seules quelques vieilles cartes postales lui rappelle sa jeunesse à Constantine.

De son propre aveu, il ne cultive pas ses racines pieds-noirs et n'a aucune nostalgie de l'Algérie Française.

"On a parlé d'événements alors que c'était une guerre. On n'a jamais mis les choses à plat et on n'a pas dit les exactions qui ont été faîtes d'un côté comme de l'autre. Il y a des Algériens qui ont perdu des membres de leur famille. Il serait temps de mettre tout sur la table et d'en parler",

Guy Nakkache, pied noir.
Guy Nakkache est désormais conciliateur de justice en Charente-Maritime.

Guy Nakkache est actuellement conciliateur de justice en Charente-Maritime. 

l