La Rochelle, de nombreux étudiants sont sans inscription pour l'année, faute de places en master

L'accès aux masters est de plus en plus sélectif. / © Stéphane Hamon - France Télévisions
L'accès aux masters est de plus en plus sélectif. / © Stéphane Hamon - France Télévisions

Ils seraient quelques milliers en France à ne pas pouvoir continuer leurs études, faute d'avoir été admis en master après leur licence. À La Rochelle nous avons rencontré deux jeunes dans ce cas.

Par Sophie Goux

Manon a 23 ans et vient d'obtenir une licence de biologie. Elle aurait bien aimé poursuivre ses études en master. Mais pour le moment, elle va travailler dans le magasin drive d'une grande surface. Elle n'a trouvé aucune place dans un master. 

C'est en attendant, on va dire que c'est provisoire, j'espère.
- Manon, étudiante

Ce n'est pas faute d'essayer, régulièrement elle rappelle les secrétariats des masters. Et c'est chaque fois la même réponse  

On a atteint l'effectif. Je suis désolée. 

Même chose pour Thomas, lui il vient de s'inscrire en licence des sciences de la Terre, alors qu'il est déjà titulaire d'une licence de biologie. Il espère avec cette nouvelle licence étoffer son CV, mais il aurait préféré poursuivre en master, il vit cette  nouvelle licence comme une façon d'éviter l'année blanche.

Du côté de l'université, on assume cette sélection plus stricte 

Il faut aussi que les formations permettent aux étudiants d'obtenir une qualification pour trouver un emploi.
- Jean-Michel Carozza, vice-Président Formation et Vie Universitaire, université de La Rochelle

La sélection à l'entrée des masters a été mise en place en 2017, et dès ce moment-là, de nombreux recours ont été faits par des étudiants qui n'avaient pas vu leur inscription validée.
Auparavant, l'accès à la première année de master était automatique, la sélection n'arrivait qu'en deuxième année. La sélection se fait sur dossier, avec CV, notes, lettre de motivation et parfois un oral d'admission.

Reportage de Sophie Wahl, Stéphane Hamon et Olivier Pallas.
La Rochelle, de nombreux étudiants sont sans inscription pour l'année, faute de places en master
Sophie Wahl, Stéphane Hamon et Olivier Pallas.

Sur le même sujet

Banc d'Arguin et ostréiculture: une régulation pour préserver les herbiers

Les + Lus