Sur l'île d'Oléron certains bateaux de pêche restent à quai en raison de la flambée du prix du carburant

Publié le

La flambée des prix du gazole paralyse une partie du port de pêche de La Cotinière. Certains patrons de pêche préfèrent rester à quai car ils ne s'en sortent plus.

Une partie des navires de pêche restent à quai dans le port de La Cotinière sur l'île d'Oléron. La flambée des prix du carburant impacte particulièrement les patrons pêcheurs bien qu'ils bénéficient d'un gazole détaxé.

En ce mardi, les pêcheurs faisait part de leur désarroi, certains estiment que les sorties en mer ne sont désormais plus rentables. 

"Nos bateaux sont très énergivores, très conservateurs de gazole", avertit Eric Redon, l'un des patrons de pêche.

Entre 1.800 et 2.000 litres de gazole par 24 heures 

"On consomme entre 1.800 et 2.000 litres par 24 heures. Nous n'avons pas assez d'apport pour compenser et payer le personnel. Tout augmente sauf le prix du poisson. Là on ne peut plus s'en sortir", déplore Eric Redon, le patron du Battant à La Cotinière.

La hausse des carburants concerne d'ailleurs tout l'équipage, le patron comme les matelots.

"Les frais sont partagés, on paye le gazole et ça se répercute directement sur notre paye", détaille l'un des matelots qui restaure un long filet de pêche sur les quais du port la plus important de Charente-Maritime.

Le phénomène est également identifié à La Rochelle où la majorité des bateaux restent à quai dans le port de Chef de Baie