Le mauvais temps pénalise les pêcheurs charentais

Premier port de pêche charentais, la Cotinière dispose d'une centaine de bateaux d'une longueur de 9 à 16 mètres. Une flotille particulièrement adaptée à la pêche traditionnelle sur la bande côtière, mais qui n'a pu sortir en mer depuis plusieurs semaines en raison des mauvaises conditions météo.

Mer forte sur la jetée du port de la Cotinière (17)
Mer forte sur la jetée du port de la Cotinière (17) © Didier Virlo
Seuls les plus gros bateaux ont pu profiter de quelques accalmies pour sortir en mer tout au long de cet hiver particulièrement difficile pour la navigation des unités de pêche. Depuis le 17 décembre 2013, les bateaux de moins de 12 mètres n'ont pas pu quitter le quai et les responsables du comité de pêches estiment leur manque à gagner à moins 40% depuis le début de l'année 2014.

Autre surprise : les responsables du Port de la Cotinière n'ont pas été invités dans la délégation qui était reçue par leur ministre de tutelle Frédéric Cuvillier. Ils espèrent tout de même que leur situation sera prise en compte et qu'ils pourront, notamment bénéficier d'aides européennes.


Reportage d'Olivier Riou et Patrick Mesner

Le mauvais temps pénalise les pêcheurs charentais

 

Pour aider les entreprises de pêche après les intempéries qui ont frappé de manière exceptionnelle les côtes françaises, Frédéric Cuvillier à annoncé plusieurs mesures :

  •  les modalités de report des cotisations sociales ont été précisées. La date de paiement du dernier trimestre 2013 est reportée du 5 mars au 5 juin. Les émissions des cotisations sociales du 1er et 2e trimestre 2014 sont décalées respectivement de 2 mois et de 1 mois
  • par ailleurs, en cas de difficultés financières, le professionnel de la pêche pourra étaler le paiement de ces cotisations, avec une remise gracieuse des intérêts moratoires ;
  • à titre exceptionnel, pour les situations les plus difficiles, notamment pour les entreprises de pêche ayant subi un impact économique significatif en raison des conditions climatiques exceptionnelles, sur demande justifiée, une remise gracieuse du paiement des cotisations sociales, patronales et salariales sera accordée, avec une attention particulière pour la pêche côtière et la petite pêche ;
  • à plus long terme, une réflexion sera menée, notamment sur la mise en place d’un régime d’activité partielle dans le secteur.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie