Prison de Saint-Martin-de-Ré : un détenu, qui en est à son 100ème transfert, retient et menace une surveillante

L'entrée du pénitencier à Saint-Martin-de-Ré, sur l'île de Ré. / © C.Cottaz/France Télévisions
L'entrée du pénitencier à Saint-Martin-de-Ré, sur l'île de Ré. / © C.Cottaz/France Télévisions

Selon les syndicats de surveillants de prison, une prise d'otage a eu lieu mercredi vers 14h30 à la centrale de Saint-Martin-de-Ré en Charente-Maritime. Un détenu, connu pour être très difficile à gérer, a retenu une surveillante dans un bureau avant de regagner sa cellule.

Par Christine Hinckel

Selon les syndicats FO pénitentiaire et UFAP, le détenu, âgé de 43 ans, s'en est pris à une surveillante, éducatrice sportive, en s'enfermant avec elle dans un bureau du gymnase de la prison. Il l'aurait menacé en la retenant dans son bureau avant de regagner sa cellule. 

Le détenu devait aller en formation le matin mais il ne s'est pas présenté. Il a voulu y aller l'après-midi et on lui a refusé. Ensuite, il est allé en sport et s'est rendu dans le bureau de la monitrice. Là, il a voulu voir le chef, la direction pour comprendre pourquoi on lui refusait l'accès. Ensuite, comme il n'avait pas ce qu'il voulait, il s'est mis à menacer l'intégrité physique de la surveillante si elle appuyait sur le bouton d'alarme pour prévenir, ça a duré près d'une heure et demi. 
Didier Solay, délégué syndical F.O. Centrale de Saint-Martin-de-R
 

Des menaces mais pas de prise d'otage

De son côté, l'administration pénitentiaire précise qu'il ne s'agit pas d'une prise d'otage mais seulement de menaces et précise les circonstances de l'incident.

Il y’a bien eu un incident hier à la Maison centrale mais il ne s’agissait en aucun cas d’une prise d’otage, seule des menaces ont été proférées.
Hier après-midi, alors qu’il se trouvait  au gymnase, entre 14h30 et 16h00, un détenu effectivement connu pour de nombreux incidents en détention, a menacé la monitrice de sport de prise d’otage, et ce à plusieurs reprises.
Direction de l’administration pénitentiaire


L'administration pénitentiaire explique par ailleurs que "bien que l’incident et les menaces prononcées soient suffisamment graves pour que la direction de l’établissement ai décidé d’un placement préventif au quartier disciplinaire, aucune agression, ni retenue physique exercée par le détenu, n’a été mentionné dans le compte rendu d’incident rédigé par cette surveillante."


​​​​​​​Une détention de 23 ans et 100 transferts

Le détenu décrit comme particulièrement ingérable est connu dans toutes les prisons de France pour son caractère irrascible. Condamné en 1996 à trois ans de prison à la suite d'un braquage, l'homme est toujours incarcéré 23 ans après. Il a multiplié les actes d'indiscipline ou violents lui valant à chaque fois de nouvelles condamnations et ne serait libérable à ce jour qu'en 2039. Selon les syndicats, il a commis, à ce jour, quatre prises d'otages au sein des différents établissements qu'il a fréquenté.
Le détenu est arrivé, à sa demande, il y a cinq semaines à la centrale de l'île de Ré et en serait aujourd'hui à son 100ème transfert. 
Les syndicats demandent que le détenu, qui en est à son troisième passage à St-Martin-de-Ré soit à nouveau transféré dans une autre prison, plus adaptée.

Il faudrait des établissements plus adaptés pour ces personnes qu'on a pas et qu eles syndicats réclament. ici on ne peut pas gérer ce genre de détenus. Il faudrait une prison plus sécurisée où tout est fait pour prendre en charge des détenus dangereux. Des centrales comme celle de Condé-sur-Sarthe serait plus adaptée pour lui.
Didier Solay, délégué syndical F.O. Centrale de Saint-Martin-de-Ré

 Ses collègues indiquent que la surveillante qui a été retenue hier par le détenu est encore très choquée.


 

Sur le même sujet

Changement d'heure

Les + Lus