Cozes : l'artiste Jben dessine une fresque sur la plage pour aider la mairie à financer la rénovation de l'église

La mairie de Cozes a besoin de plusieurs dizaines de milliers d'euros pour rénover son église. L'artiste Jben a décidé de la soutenir en réalisant une fresque géante sur le sable et sensibiliser sur ce patrimoine en péril.
Cozes : l'artiste Jben dessine une fresque sur la plage pour aider l'église à financer sa rénovation
Cozes : l'artiste Jben dessine une fresque sur la plage pour aider l'église à financer sa rénovation © JBen Art / Artgrafik média productions
À Cozes, l'église a résisté à la guerre de Cent Ans et aux guerres de religion. Mais des siècles plus tard, ce joyau de l'architecture romane, est plus que jamais menacée. L'artiste Jben a décidé d'alerter sur sa situation à travers une fresque réalisée sur le sable de la plage de Meschers-sur-Gironde.
Meschers-sur-Gironde : une fresque sur plage de Jben pour sauver l'église de Cozes ©France 3 Nouvelle-Aquitaine
"Certains ornements de l’église parlent de la fable du Renard et de la Cigogne [de Jean de la Fontaine, ndlr]. J’ai repris ces deux personnages dans ma fresque. Le renard attend que la cigogne dépose des pièces dans l'urne, car on a besoin de dons pour que les travaux de l'église démarrent", éclaircit Jben. 

Déjà 290.000 euros investis 

Si la réhabilitation du clocher est prise en charge par la mission Stéphane Berne, il manque plusieurs dizaines de milliers d'euros pour terminer la rénovation de l'église. "La première tranche des travaux nous a coûté 290.000 euros, il nous manquait 50.000 euros. On a fait appel à des donateurs et nous continuons notre sollicitation auprès du grand public", explique Graziella Bordage, maire de Cozes. Elle veut profiter de l'œuvre éphémère pour "donner un rayonnement un peu plus large" à sa recherche de financements.

Patrick Ferrère, délégué régional de la Fondation du patrimoine alerte : la situation de l'église de Cozes est loin d'être isolée. "Le patrimoine peut disparaître. Il disparaît régulièrement." Mais il reste positif "On a pris conscience de la nécessité d'arrêter cette dégradation et d'entrer sincèrement dans une restauration du patrimoine." Il espère que cette prise de conscience évitera que ce patrimoine disparaisse aussi rapidement que l'œuvre de Jben.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture art