Les travaux de protection de l'île d'Aix contre les submersions vont commencer sur la façade Est

La façade est de l'île où les travaux vont commencer / © Philippe Tanger Francetv
La façade est de l'île où les travaux vont commencer / © Philippe Tanger Francetv

La deuxième phase des travaux de protection de l'île d'Aix vont démarrer en octobre. Ils concernent la façade Est de l'île, face au continent et vont coûter un peu plus de 3 millions d'euros.

Par Sophie Goux

13 000 tonnes de matériaux vont devoir être acheminées sur l'île. Une quantité colossale quand on sait que le bateau Pierre Loti, qui assure la liaison avec le continent, ne peut transporter que 20 tonnes à chaque passage. Faites le calcul, il faudrait 6 500 rotations pour tout transporter. Le maître d'oeuvre, l'entreprise Vinci, a décidé d'utiliser une barge de grande taille pour y parvenir.
Il s'agit là de la deuxième phase du plan digue du département sur l'île d'Aix. La première avait eu lieu en 2010/2011 et avait consisté en un enrochement suivi d'un ensablement de la façade sur l'Atlantique. 60 000 mètres carrés de sable avaient été déposés sur les rochers, pour protéger l'île des vagues et de la houle.
 

Le ré-essuyage de la façade Est


À partir d'octobre, le travail va donc commencer sur la côte qui fait face au continent, celle qui est la plus basse et qu'il faut donc protéger des submersions. Un muret va être construit et tous les systèmes hydrauliques vont être refaits. L'idée est que, si la mer monte pendant une tempête, le muret fera office de premier barrage, puis les buses et les systèmes d'écoulement pourront évacuer l'eau jusqu'à la prochaine marée. On appelle cela le ré-essuyage. Ce système doit être capable d'absorber une tempête égale, voire un peu supérieure à Xynthia.

Voyez le reportage sur l'île d'Aix d'Olivier Riou, Philippe Tanger et Sandy Renault. Intervenant : Alain Burnet , maire de l'Île d'Aix.
Les travaux de protection contre les submersions vont commencer en octobre sur la façade Est de l'île d'Aix
Olivier Riou, Philippe Tanger et Sandy Renault.



 

Sur le même sujet

Haute-Vienne : les arboriculteurs cherchent des saisonniers pour la récolte des pommes

Les + Lus