Angoulême : le cinéma étranger choisit la France grâce à un crédit d'impôt avantageux

Publié le Mis à jour le

La présidente du Centre national du cinéma était en visite sur le tournage du film de Wes Anderson à Angoulême. Si le plateau de tournage était interdit à la presse, Frédérique Bredin a tenu à faire un point sur l'attractivité de la France pour le tournage de films étrangers grâce au crédit d'impôt.


Pour le film de Wes Anderson tourné à Angoulême, le montant des dépenses dans notre pays s'élèverait à 27 millions d'euros, dont 8 millions en Charente. C'est le plus gros budget connu pour un film étranger réalisé en France.

Selon le CNC, Centre national du cinéma, le crédit d'impôt international CII dont bénéficient les sociétés de productions étrangères, participe à l'attractivité de la France et de ses territoires. Ce crédit d'impôt cinéma permet aux productions étrangères de déduire jusqu'à 30% de leur dépenses faites en France avec un plafond de 30 millions.
 

22 films ont bénéficié de cet avantage en 2015. 51 en 2018.
 

On encourage les productions étrangères à venir tourner en France avec le crédit d'impôt cinéma. C'est en réalité un investissement. Quand on dépense un euro en crédit d'impôt, cela entraine 10 euros de dépenses sur le territoire qui à leur tour génèrent 3 euros de recettes sociales et fiscales mais aussi de l'emploi" explique Frédérique Bredin, présidente du CNC, en visite à Angoulème.


Pour la réalisation de «The French dispatch» de Wes Anderson, plus de 1.000 figurants auraient été embauchés. On parle également de plus d'une centaine d'artisans pour la construction des décors. 
Le crédit d'impôt dans le cinéma permettrait donc de créer et maintenir des emplois en France. Un système qui profite bien évidement au pôle image Magelis d'Angoulême. Le film de Wes Anderson témoigne de la capacité d'accueil des tournages en Charente.

Pour The french dispatch, le crédit d'impôt s'élèvera à plusieurs millions d'euros, le montant reste confidentiel.