Obie Koul. Pourquoi les ados aiment (ou pas) cette bande dessinée ?

Nous avons découvert "Obie Koul" lors du dernier festival de la Bande Dessinée d'Angoulême. Ce premier tome a reçu le Prix des Collèges 2020. Nous avons demandé à des jeunes lecteurs ce qu'ils pensent de cette BD. Certains attendent déjà le tome 2.

Obie Koul - Ed Kennes
Obie Koul - Ed Kennes © France Télévisions - Lionel Gonzalez
On profite de cette période de confinement à la maison pour lire ou relire les BD qui sont sur nos étagères. Mais ici, nous allons vous parler d'un livre que nous avons découvert lors du dernier festival international de la bande dessinée d'Angoulême.

Obie Koul est un jeune adolescent de 12 ans, comme les autres, ou presque. C'est aussi un héros de BD des éditions Kennes (Belg.). Le tome 1 de cette série a obtenu le Prix des Collèges au festival international de la bande dessinée d'Angoulême 2020. Nous avions rencontré cet éditeur lors du dernier festival à Angoulême. Cette BD est l'un de nos coups de coeur du festival.

Cette BD rejoint des rêves d'adolescents lorsqu'Obie découvre que son père est extraterrestre et qu'il va passer un week-end sur deux, sur une autre planète.

Nous avons demandé à des jeunes lecteurs leur avis après la lecture de cette BD

J’ai aimé le côté science-fiction mêlé à la réalité. Le personnage enfant de la BD est « mi-terrien, mi-terrestre », le père est un alien. J’aime bien l’histoire même si elle n’est pas drôle. Le graphisme est magnifique. On voit tous les petits détails, les traits de lumière,… J’aimerais bien avoir les mêmes pouvoirs magiques que le héros.
- Maxime (11 ans, collège Jean Moulin à Montmorillon)

Maxime été emballé par sa lecture. Il sera surement au rendez-vous de la sortie du tome 2, prévu à l'origine en avril 2020, mais pour le moment reportée à cause du Covid-19. Il faudra être patient.
 

On ne pourra pas déranger Maxime pendant sa lecture de Obie Koul.
On ne pourra pas déranger Maxime pendant sa lecture de Obie Koul. © Caroline Hubert - France Télévisions


J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire au départ. Je ne comprenais pas les scènes, les évènements. J’ai commencé à aimer quand Obie a découvert l’identité de son père. Ce qui m’a plu ce sont toutes les surprenantes épreuves que les personnages doivent surmonter dans un monde extraordinaire. Les personnages sont bien dessinés, réalistes. Finalement, l’histoire est intrigante, on veut découvrir la suite. Maintenant, j’ai envie de lire le deuxième tome.
- Cerise (13 ans, collège Ferdinand Clovis Pin à Poitiers)

Cerise est plongée dans son livre.
Cerise est plongée dans son livre. © Caroline Hubert - France Télévisions

J'ai apprécié cette histoire qui aborde la question du harcèlement face à des « racailles ». Je trouve cette histoire incroyable et j'aimerais beaucoup me retrouver dans un futur comme celui-là. Un futur où on peut voler sur une autre planète. Le dessin est assez joli, les couleurs sont bien mises. J'ai apprécié mais pas adoré comme lorsque je lis Les Tuniques Bleues ou Spirou. Je précise que je suis passionné par l’histoire et les périodes de guerres. J'ai aussi tous les albums de la série « seuls » (Ed. Dupuis).
- Samuel (11 ans, collège Ferdinand Clovis Pin à Poitiers)

Samuel, plongé dans l'histoire d'Obie Koul.
Samuel, plongé dans l'histoire d'Obie Koul. © Isabel Hirsch - France Télévisions

Diaporama - Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes

Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes © Lionel Gonzalez - France Télévisions
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes © Lionel Gonzalez - France Télévisions
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes © Lionel Gonzalez - France Télévisions
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes © Lionel Gonzalez - France Télévisions
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes © Lionel Gonzalez - France Télévisions
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes
Obie Koul - "Un week-end sur deux chez mon père" - Editions Kennes © Lionel Gonzalez - France Télévisions

Lors d'une interview de Daniel Bultreys (directeur éditorial de Kennes Editions) chez nos confrères de TéléSambre il indique que "cette histoire est aussi un moyen pour les auteurs (Makyo & Buffolo) d'ancrer leur héros d'adolescent dans un monde que tous les adolescents peuvent reconnaitre (vit sur terre dans une école où il y a des problèmes de harcèlement scolaire, avec des parents qui sont sur le point de divorcer)".

Le succès de cette bande dessinée est aussi et sûrement dû à la rencontre avec l'univers réel des adolescents et la vie fantastique et de science-fiction d'un héros de leur âge.

Si la sortie du tome 2 était prévue en avril (mais reportée à cause du Covid-19), un tome 3 est aussi en prévision.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival bd d'angoulême culture livres bande dessinée coronavirus : envie d'évasion société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter