Cet article date de plus de 3 ans

Charente, procès du meurtre au déambulateur : 20 ans de réclusion criminelle pour Danièle Louis

A l'issue de deux jours de procès la cour d'assises de Charente a condamné Danièle Louis à 20 ans de réclusion criminelle pour avoir tué son mari en 2015 à Saint-Genis-d'Hiersac en Charente.
Les jurés de la cour d'assises de Charente ont condamné Danièle Louis à 20 ans de réclusion criminelle. Ils ont reconnu la veuve de Christian Gonda, coupable de meurtre. 
Son fils a écoppé de deux de prison avec sursis pour ne pas avoir appelé les secours et s'être abstenu d'empêcher le crime.

Les jurés n'ont pas suivi les réquisitions de l'avocat général Jean-David Cavaillé qui avait requis ce vendredi matin une peine de 30 ans de réclusion criminelle à l’encontre de Danièle Louis, assortie d’une période de sûreté de 15 ans.

Danièle Louis,  66 ans comparaîssait depuis ce jeudi devant les Assises de la Charente. Elle était accusée d'avoir tué son mari Christian Gonda en décembre 2015, à Saint-Genis-d'Hiersac. 

L'accusée, âgée de 66 ans était soupçonné de lui avoir porté des coups mortels, avec des armes inhabituelles : un déambulateur et un balai.

Les époux, tous les deux originaires de Belgique, faisaient régulièrement parler d'eux dans la commune de Charente pour des disputes et des violences conjugales.

La victime avait notamment déposé une plainte quelques mois avant les faits.

Vous pouvez voir ou revoir les comptes rendus d'audiences réalisés par Bruno Pillet et Cécile Landais à la cour d'assises de Charente. 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société assises