Un TGV Toulouse-Paris tombe en panne entre Angoulême et Poitiers, huit heures de galère pour les passagers

400 voyageurs ont du être transbordés à bord d'un autre train venu les secourir aux confins de la Vienne et de la Charente.
Le "sauvetage" des passagers s'est déroulé en pleine nuit, après plusieurs heures d'attente dans la Vienne.
Le "sauvetage" des passagers s'est déroulé en pleine nuit, après plusieurs heures d'attente dans la Vienne. © Carine Bergez

Dans la série des voyages "galère", celui-ci tient une bonne place. Les quelque 400 voyageurs qui avaient pris place à bord du TGV Toulouse-Paris ce jeudi 15 juillet se souviendront sans doute longtemps de leur périple.

Partis en fin d'après-midi de la gare de Matabiau avec une bonne heure de retard à cause d'un bagage abandonné, le train s'est soudainement arrêté en pleine voie entre Angoulême et Poitiers, à hauteur de Payré (Vienne). 

Le temps qu'un train de secours, affrêté au depart de Paris, arrive avec des vivres, une heure du matin avait sonné. Et comme la climatisation ne fonctionnait plus. les voyageurs ont été autorisés à descendre sur les voies avant d'être transférés, avec leurs bagages et avec l'aide des pompiers venus en renfort, à bord du train qui devait les mener -enfin- à destination.

Une scène cocasse, survenue en pleine nuit et en rase campagne, que certains ne se sont pas privés de partager sur les réseaux sociaux.

Les voyageurs sont finalement arrivés à la capitale vers 3h du matin, avec 8 heures de retard sur l'horaire prévu. Consolation : la SNCF assure qu'elle leur remboursera "deux fois le prix du billet". Elle précise également, sur son site internet, que ce retard important est dû à "une panne électrique, qui n'a pas pu être résolue".

La société Liséa, concessionnaire de la ligne Sud Europe Atlantique sur laquelle cette avarie s'est produite, indique de son côté qu'une expertise est en cours. La rame a été déplacée sur le centre de maintenance de Villognon (Charente) pour comprendre les raisons de cette perte  brutale d'alimentation.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société transports