• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Un “gilet jaune” de Charente condamné à onze mois ferme pour l'agression d'un commerçant

Le palais de justice d'Angoulême. Photo d'illustration. / © Google street map
Le palais de justice d'Angoulême. Photo d'illustration. / © Google street map

Un jeune homme de 20 ans a été condamné jeudi à Angoulême à 11 mois de prison ferme pour avoir agressé un commerçant à coups de pied et de poing lors d'une manifestation des "gilets jaunes" samedi à Cognac (Charente).

Par AR avec AFP

Le tribunal correctionnel, qui a prononcé une peine de 8 mois ferme et 3 mois de révocation de sursis, a délivré un mandat de dépôt à l'encontre du prévenu, Sébastien W., déjà connu de la justice car il présentait deux condamnations pour violences en 2018, sans lien avec le mouvement des "gilets jaunes".

Outre l'agression du commerçant cognaçais, qui a reçu 45 jours d'ITT, il lui était reproché d'avoir lancé un fumigène sur un policier, légèrement blessé.
 

Jugé en comparution immédiate 


Interpellé mercredi, il était jugé en comparution immédiate. Après l'énoncé du jugement, Sébastien W. a dit qu'il comptait se suicider en détention et s'est ensuite effondré dans le box au moment d'être conduit en prison.

Il comparaissait en compagnie de deux autres "gilets jaunes", qui répondaient eux seulement de violences envers le commerçant. L'un, âgé de 33 ans, s'est vu infliger six mois de prison avec sursis pour son rôle dans l'agression et l'autre, âgé de 43 ans, a été relaxé.

Le prévenu relaxé, qui est un des leaders des "gilets jaunes" à Angoulême, est l'une des trois personnes mises en examen dans l'affaire de la "décapitation" d'un mannequin figurant Emmanuel Macron à l'issue d'un "procès" fictif, fin décembre dans la préfecture de la Charente.
 

 

Sur le même sujet

Le prix Maison Rouge à Biarritz

Les + Lus