Cet article date de plus de 4 ans

18 hectares de pins de Vancouver rasés à Saint-Hilaire-Peyroux en Corrèze

Sur les 62 hectares de pins de Vancouver gérés par la commune, il a fallu en abattre près d'un vingtaine, morts sur pied, à cause de la sécheresse
Sur la commune de Saint-Hilaire-Peyroux, en Corrèze, il a fallu abattre 18 hectares de pins de Vancouver, morts à cause des aléas climatiques. Intervenants dans le reportage : Patrick Larnaudie, technicien à l'ONF • Alain Delage, maire-adjoint de Saint-Hilaire-Peyroux ©France 3 Limousin
Les 18 hectares de pins de Vancouver morts à cause de la sécheresse étaient répartis sur trois sites. Ils ont été rasés, et seront remplacés par une essence plus résistante aux aléas climatiques comme des pins sylvestres ou maritimes ou encore des cèdres de l'Atlas.

Mais encore faut-il que la commune dispose d'assez d'argent. Les pins de Vancouver, morts sur pied et fragilisés par l'attaque d'insectes ont perdu de leur valeur, et le bois sera vendu bien moins cher que s'il avait été sain.  


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo climat environnement société économie