• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

CA Brive : une victoire engagée face à Biarritz !

Souverains en touche, comme ici avec Jan Uys, ainsi qu'en mêlée: les Brivistes ont dominé les phases de conquête. / © Pierre Gauthier - France 3 Limousin
Souverains en touche, comme ici avec Jan Uys, ainsi qu'en mêlée: les Brivistes ont dominé les phases de conquête. / © Pierre Gauthier - France 3 Limousin

À 14 contre 15 pendant près d'une heure, les Brivistes ont fait preuve de beaucoup de solidarité pour dominer le Biarritz Olympique 36-26. L'année 2019 commence plutôt bien en Corrèze.

Par Pierre Gauthier

Après avoir mené 21-0, et fidèles à leur réputation, les Brivistes se sont fait peur dans les dernières minutes d'un match au scénario rocambolesque. En tout cas ils tiennent enfin leur match référence au niveau de l'engagement
 

Sous les yeux des 7097 courageux spectateurs ayant bravé le froid, le début de match est 100% briviste. Dès la 5e minute, un contre éclair sur 70 mètres est conclu par Otar Giorgadze pour le 1er essai de la partie, 5-0.

A peine 4 minutes plus tard, Thomas Laranjeira rajoute 3 points au pied, 8-0. Puis le Biarrot Jarrod Poï est sanctionné d'un carton jaune suivi d'une nouvelle pénalité de Laranjeira, 11-0 (14e).

Le premier vrai accroc pour les Corréziens survient à la 15e. Giorgadze écope d'un carton rouge logique pour un coup de coude dangereux et inutile. On se dit alors que le match va tourner, mais au contraire les Brivistes vont enfoncer le clou.

Après une superbe percée de Stuart Olding, l'action se poursuit et c'est le jeune Enzo Hervé qui aplatit, 18-0 (21e).
 

Et ça continue, puisque 6 minutes plus tard, Laranjeira rentre une autre pénalité, 21-0 (27e).

Les Basques se révoltent à la demi-heure de jeu et profitent enfin de leur supériorité numérique. Essai en coin signé Jarrod Poï, 21-7 (29e).

Mais l'inévitable Laranjeira redonne 17 points d'avance aux siens juste après la sirène, 24-7 à la pause.
 
 

20 dernières minutes compliquées 


On prend les mêmes et on recommence au retour des vestiaires: pénalité de Laranjeira, 27-7 (48e).

Mais les Basques ne renoncent pas et continue d'envoyer du jeu. Ils sont récompensés à la 52e, quand le petit coup de pied à suivre de Maxime Lucu trouve Yohann Artru, 27-14.

4 minutes plus tard, Laranjeira est sorti sur blessure, mais Stuart Olding ne dépareille pas dans l'exercice du but, 30-14 à la 56e.

A l'heure de jeu, l'intenable Artru signe un doublé, 30-21, le B.O vient souffler sur la nuque des Corréziens.
 


Le match s'emballe, un peu trop pour Clément Martinez qui écope d'un carton jaune et qui permet à Olding de rentrer une autre pénalité, 33-21 (63e).

Une précision au pied qui va s'avérer plus que nécessaire, car à la 69e, Poï y va lui aussi de son doublé, 33-26. On pense alors au score du match aller, 33 partout. Les Biarrots tentent le tout pour le tout en multipliant les temps de jeu, mais la défense briviste tient bon, à grand renfort de solidarité.

Et c'est même sur une dernière pénalité de Olding que la rencontre s'achève, score final 36-26.
 

Grâce à ce 9e succès en autant de matches à domicile, le CAB remonte provisoirement à la 3e place du classement. Il faut maintenant aller chercher des points à l'extérieur, et notamment à Soyaux-Angoulême lors de la prochaine journée, dimanche 20 janvier.
 

Il y a eu de la casse 

Gros point noir de cette soirée dans le camp briviste, les blessures. Retief Marais a dû renoncer dès l'échauffement après une alerte musculaire. Matthieu Voisin s'est donc retrouvé propulsé titulaire, rôle tenu à la perfection, Richard Fourcade prenant place sur le banc.
 

Sur la première mêlée, Vivien Devisme s'est effondré avant de sortir soutenu par le staff médical briviste. Et à la 49e, c'est Thomas Laranjeira, touché au mollet, qui a dû laisser sa place. Les 10 jours avant le prochain match ne seront pas de trop pour tenter de récupérer après ce gros combat en infériorité numérique. 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un castor repéré sur les bords de la Nive au Pays Basque, plus de 300 ans après sa disparition

Les + Lus