Coronavirus : l'accompagnement des personnes souffrant d'obésité et de diabète se poursuit en Corrèze

Obésité et diabète, deux maladies chroniques qui nécessitent un suivi permanent, et tout particulièrement en cette période d'épidémie de covid19. À la clinique Saint-Germain de Brive-la-Gaillarde, les médecins reçoivent désormais l'essentiel de leur patientèle en consultation par vidéoconférence.

© France Télévisions - Mathieu Beaudouin
Mercredi 15 avril 2020, Tony Lopez est venu consulter le docteur Abita. Il souffre de diabète et d’obésité, deux facteurs de comorbidité du Covid19. Depuis quelques jours, il ressent des vertiges... Alors forcément, dans le contexte actuel, le doute est présent.

Pas d'hésitation dans ce cas, la consultation s'impose : prise de tension, palpations du ventre, si l’examen physique ne représente plus que 15% des consultations du docteur Abitat, il ne reste pas moins indispensable dans certains cas.

Des consultations d'autant plus nécessaires que les personnes atteintes de problèmes d'obésité sont considérées comme à risque. Ainsi, d'après une étude menée par le CHRU de Lille, reprise par le ministère des Solidarités et de la Santé, 47% des patients en réanimation en raison du coronavirus sont en situation d'obésité.

 

Coronavirus : Accompagner les patients souffrant de problème d'obésité et de diabète en période de confinement ©France 3 Limousin - France Télévisions


La consultation terminée, c’est devant son ordinateur que le docteur continue sa journée. Une autre patiente l'attend... en téléconsultation.

J'y ai été un peu contraint par la situation. C'était la seule option qu'il me restait pour continuer de suivre en temps réel mes patients, explique ainsi le docteur Abita

Un suivi en temps réel également indispensable pour le docteur Lopez. Cette diabétologue suit une soixantaine de patients par semaine. Parmi eux, une jeune fille de vingt ans sous insuline et dont le traitement mérite des ajustements réguliers. Sans la téléconsultation et les outils de suivi connectés, le docteur n’aurait pas la même réactivité. Ce qui ne serait pas sans risque pour cette patiente.

Ce serait le risque d'une maladie qui ne serait pas bien équilibrée et qui pourrait l'exposer plus facilement à un risque infectieux, et pas que du covid19.

Si la téléconsultation a nécessité une adaptation des pratiques pour de nombreuses professions comme ces médecins, ces derniers l’assurent : cette pratique sera utilisée dans le futur, même après la fin du confinement. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société innovation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter